Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 15:42

 

 

ALLEZ REVOIR VOTRE MÉDECIN TRAITANT !

Il a reçu les résultats et il sera en mesure de vous dire ce qu’il faut faire. 
Si les images sont en faveur de la bénignité, ACR2 ou ACR3, il vous proposera de vous suivre sans autre examen. 
Si les images sont douteuses, il pourra demander une seconde lecture. 
Le tableau ci-dessous vous donne les définitions des différents ACR, leur signification et leur implication pour vous, en pratique.

 

COMMENT LIRE LE COMPTE RENDU DE MAMMOGRAPHIE ?

 

ON M'A TROUVÉ DES MICROCLACIFICATIONS ...

DE QUOI S'AGIT-IL ? 

C’est très banal et toutes les microcalcifications ne sont pas synonymes de cancer du sein .
Ce sont, par définition, des calcifications dont la taille est inférieure à 1 mm. 
Les scientifiques retiennent deux causes principales, la calcification de débris cellulaires morts stagnant dans la lumière des canaux et des galactophores et l'hypersécrétion active de sels calcaires par les cellules, d'abord dans le cytoplasme puis secondairement dans les canaux. Ces deux mécanismes sont valables aussi bien pour les microcalcifications bénignes que malignes. 

QUELLE IMPORTANCE ? 

Les microcalcifications peuvent avoir des causes multiples, mais elles posent des problèmes de diagnostic car, 40 % des cancers infracliniques, sont révélés par des microcalcifications isolées. A l’opposé, les grosses calcifications, macrocalcifications, sauf lorsqu'elles sont vermiculaires ou branchées, sont, elles, toujours bénignes. 

Le tableau ci-dessous résume les différents types de microcalcifications rencontrées et le risque de cancer du sein.

 

COMMENT LIRE LE COMPTE RENDU DE MAMMOGRAPHIE ?

VOS AUTRES INTERROGATIONS ...

 

« Ils m’ont trouvé quelque chose et le « mammotome » est négatif ; comment est-ce possible ? » 

Cette situation n’est pas exceptionnelle, pour les microcalcifications « ACR4 ». C’est ce que les médecins appellent un « faux-positif ». Ceci est inhérent à toute méthode de dépistage ! 

« On m’avait dit que c’était normal, à la relecture des clichés, le second radiologue a vu quelque chose … » 

C’est rare. On estime qu’un « second lecteur » détecte, dans moins de 3 % des cas examinés, une anomalie. Même dans cette situation, dans seulement 15 % des cas le diagnostic de la maladie sera confirmé. 

« Docteur vous m’avez palpé le sein, il y a huit mois et tout allais bien … » 

Les cancers qui surviennent entre deux dépistages, appelés « cancers d’intervalles » sont rares, mais c’est possible, malheureusement ! On estime ce risque à 6 cas pour 10 000 femmes dépistées. 

« A mon âge ! » 

Même au-delà de 65 ans, le dépistage systématique a montré son intérêt. Il permet toujours de repérer les problèmes à un stade précoce, et d’améliorer le pronostic la maladie. 

On a parlé de surdiagnostic et sur-traitement... 


L’objectif du dépistage est de détecter des cancers à un stade précoce pour les guérir.
On sait maintenant que certaines lésions détectées par la mammographie de dépistage et traitées n'auraient pas évolué vers un cancer évolutif du vivant de la personne. C’est ce que l’on appelle le surdiagnostic. Il est inhérent à tout dépistage mais plus ou moins important selon les techniques utilisées et le dépistage concerné. 

Le surdiagnostic concerne surtout les cas de cancers in situ , c'est-à-dire les lésions cancéreuses qui ne sont donc pas invasives. Pour ces lésions, les spécialistes considèrent qu’environ un cancer in situ sur trois ne serait pas évolutif et correspondrait donc à un surdiagnostic et en conséquence un surtraitement. 

Les rayons provoquent le cancer... 

Les cancers radio-induits sont la conséquence d'irradiations reçues au cours d’examens ou de traitements utilisant des rayons. 
Dans étude récente publiée en 2001, a montré que des cancers radio-induits par une irradiation à faible dose, comme celle délivrée lors d'une mammographie de dépistage, bien que rare, était possible, notamment chez les femmes porteuses de mutation des gènes BRCA1 et BRCA2 
Il faut insister que ce risque de cancers radio-induits est très faible au regard des bénéfices escomptés du dépistage. De plus, les progrès en imagerie médicale autorisent des doses d’exposition de plus en plus faibles.
Néanmoins, cela a conduit, d'une part, à maintenir l'âge de 50 ans pour le début du dépistage organisé tous les deux ans et, d'autre part, qu’en l’absence de symptôme ou de facteur de risque, il n’y a pas d’indication à se faire dépister avant l’âge de 50 ans.

 

COMMENT LIRE LE COMPTE RENDU DE MAMMOGRAPHIE ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans MAMMOGRAPHIE CLASSIFICATION
commenter cet article

commentaires

hsin 28/03/2017 16:39

ma mére est attaqué par ACR04 ..LE medecin décide de faire l'ablation d sein...c efficace ou non l'ablation
??

chantal 21/07/2016 02:56

Que veut dir microcalcifications indéterminées,Bi-Rads 4a
Le therme "légèrement pléomorphes"?

Françoise CHAGNON 10/06/2016 13:41

Je cherche la signification de ACR8 suite à un examen mammographique ?
ACR1 à droite et ACR8 à gauche ?

Clarice 09/11/2015 16:16

Merci de ces informations sur la mammographie ! Je ne savais pas que 40 % des cancers infracliniques étaient révélés par des microcalcifications isolées. C'est fou. Le cancer est bien sur quelque chose qu'on veut éviter. C'est dommage qu'il y ait beaucoup de gens qui ne savent pas trop concernant la mammographie.

Tableau Online Training 03/11/2015 05:52

Excellent information on this BI Tools with latest jobs
Tableau Online Training

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum