Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 09:34

logo-inca

 

Fatigue et cancer
Fatigue et cancer
Public : personnes malades et proches 
Date de publication : janvier 2005 
Référence : GUIFAT05 
Format : guide A5 
Langue : français
PDF (590.74 KB)Commander
  • Résumé

Un cancer s'accompagne d'une sensation de fatigue qui a peu de choses à voir avec celle qu'une personne bien portante peut ressentir. Ce guide d'information et d'aide au dialogue a pour but d'aider les malades et leurs proches à mieux comprendre les causes possibles de la fatigue et à faciliter sa prise en charge, afin d'améliorer leur qualité de vie. Il s'adresse aux adultes et aux adolescents. Des témoignages d'anciens malades émaillent les explications pratiques et concrètes disponibles par chapitres qui peuvent être lus indépendamment les uns des autres. En fin d'ouvrage, un glossaire permet de mieux comprendre les termes médicaux.

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans FATIGUE ET CANCER
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 09:00

Votre médecin vous a prescrit une thérapie multicible

Publié le 26 avril 2012 - Réf. ONCV10083

Quelques conseils pour vous aider à lutter contre la fatigue

Les éléments qui peuvent expliquer votre fatigue sont nombreux. Le premier étant votre maladie mais ce n'est pas le seul. En effet, votre fatigue peut être due à votre traitement, mais aussi à des troubles de la nutrition, de la douleur, une dépression… N'hésitez pas à en parler avec votre médecin ainsi qu'à l'équipe soignante qui sauront vous orienter, vous recevoir et vous rassurer1,2.


Prévenir la fatigue 


Le repas doit rester un moment de plaisir

Si vous n'avez pas faim : mangez un petit peu à chaque fois, des aliments qui vous font envie, essayez de nouveaux goûts en respectant quelques principes3. Si vous avez des nausées, évitez les aliments frits, gras et épicés4. Si vous avez une inflammation de la bouche (mucite, aphtes) : évitez les aliments chauds, épicés et acides, préférez les aliments mixés ou moelleux5. Utilisez une brosse à dents souple et du dentifrice non mentholé. Faites des bains de bouche en veillant à ce qu'ils ne contiennent pas d'alcool.

Boire beaucoup est essentiel

Buvez beaucoup, de préférence en dehors des repas, et de façon fractionnée, un peu à la fois ; variez les boissons en fonction de vos goûts et leurs propriétés (par exemple, prenez des boissons gazeuses à base de cola si vous vomissez)3.


Lutter contre la fatique

Lutter contre la fatigue 


Apprendre à se reposer

Le repos permet de faire face à la fatigue, mais la durée de repos est propre à chacun. « Dosez » votre sommeil et mettez-vous en condition pour bien dormir. Préparez-vous à la nuit : avant de vous coucher, comme dans les moments de stress.
Pratiquez des exercices de relaxation et des activités calmes comme la lecture, la musique… Faites des siestes courtes, qui vous permettent de récupérer, mais ne les prolongez pas inutilement. Elles pourraient vous empêcher de dormir la nuit3.


Exercice physique

L'exercice physique 


Le repos ne suffit pas toujours à lutter contre la fatigue. L'exercice physique contribue à la fois à stimuler l'appétit et à lutter contre la fatigue. Essayez donc de reprendre ou de débuter un exercice régulier tel que la marche, la bicyclette, des exercices de gymnastique. C'est parfois difficile, surtout si l'on a arrêté longtemps ou si l'on n'était pas sportif auparavant. Vous pouvez demander à votre équipe soignante de vous adresser à un kinésithérapeute qui vous aidera à mettre en place l'exercice qui vous convient3


Composer avec la fatigue 


Conservez ou retrouvez des activités, mais…

Etablissez des priorités journalières et hebdomadaires. Déléguez ce qui vous fatigue, faites appel à votre entourage ou à des aides à domicile s'il le faut. Donnez la priorité aux activités qui font plaisir. Faites-les, si possible, en compagnie d'une personne chère3.

Ménagez son moral

Ménagez votre moral

Il est normal d'être découragé, lassé, lorsque la maladie dure longtemps. Laissez-vous aider par vos proches. Faites appel à votre équipe soignante. Ils vous aideront à retrouver des sensations, des activités agréables. Si vous n'y arrivez pas immédiatement, ce n'est pas grave, mais vous pourrez être aidé par une aide psychologique individuelle, ou dans le cadre d'une association3.


Votre fatigue doit être prise en charge dès qu'elle apparaît, car ses répercussions sur votre vie quotidienne sont importantes. Notez sur un livret tous les symptômes que vous ressentez, avec leur intensité, et emportez celui-ci avec vous lors des consultations.

Références

1.  NCCN clinical practice guidelines in oncology. Cancer-related fatigue. Mise à jour 2008. www.nccn.org.
2.  Fédération nationale des centres de luttes contre le cancer. SOR, dictionnaire du cancer. www.fnclcc.fr.
3.  Fatigue et cancer. Guide SOR Savoir Patient. FNCLCC, 2005. www.sor-cancer.fr.
4.  Wood L et al. Community Oncology 2006;3:558-62.
5.  Grünwald V et al. Managing side effects of angiogenesis inhibitors in renal cell carcinoma. Onkologie 2007;30:519-24.
Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans FATIGUE ET CANCER
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 16:16

La chimiothérapie est redoutée de toutes. Si il est acquis qu’elle détériore notre état de santé (avant de l’améliorer), nous savons qu’elle impacte de façon importante notre qualité de vie au sens large du terme. Je suis donc ravie de publier une lettre que j’ai reçue concernant une étude qui cherche à évaluer ses conséquences sur tous les aspects de la vie sous traitement. Validée par un comité d’éthique, je la publie telle quelle et j’espère que vous serez nombreuses à prendre le temps d’y répondre ! 

Mesdames,

L’Université de Genève (Co-directrices de l’étude: Prof. Bettina Borisch, présidente d’Europa Donna en 2011 et Dr Marta Lomazzi) et Oxford Outcomes (bureau d’études de santé) mènent actuellement une étude pour mieux comprendre votre expérience liée à la chimiothérapie adjuvante.

Le but de cette étude est de mieux comprendre si votre traitement contre le cancer du sein a eu un impact sur les différents aspects de votre vie, y compris sur vos relations, votre vie familiale, votre vie sociale et professionnelle.

Nous aimerions vous inviter à prendre part à une étude rapide en remplissant simplement un questionnaire sur votre expérience du traitement du cancer (environ 45 minutes).

Cette étude est volontaire, et toutes les données recueillies resteront totalement anonymes.

Vous pouvez participer à cette étude si vous remplissez les critères suivants:


- Etre une femme

- Agée entre 18 et 65 ans

- Diagnostiquée avec un cancer du sein

- Avoir fini un traitement par chimiothérapie il y a plus d’un an et moins de 5 ans (critère non exclusif– les autres thérapies suivies pour le traitement du cancer du sein ne représentent pas des critères d’exclusion)

- Traitée par thérapie hormonale

- Résidente en Angleterre/France/Allemagne

- Sans métastases (propagation du cancer)  

- Pas traitées avec Herceptin

- Ne recevant pas actuellement de traitement par chimiothérapie.


 Si vous désirez participer, je vous prie de cliquer sur :


Le Lien Suivant  


et de compléter le questionnaire avant le 30 Juin 2012.

Votre opinion compte!


 En remerciement de votre temps et de vos efforts pour remplir le questionnaire, un don sera fait en faveur d’associations pour le cancer du sein.

 Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me contacter par email (marta.lomazzi@unige.ch) ou par téléphone (+41 22 379 04 55  les matins).

Merci beaucoup!

Dr Marta Lomazzi

Article provenant du Blog de  Catherine Cerisey

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans FATIGUE ET CANCER
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 14:06

 

Il faut premièrement se reposer. Les durées de repos doivent varier en fonction du besoin de chaque personne. Dans la mesure du possible, il faut faire des siestes courtes, le plus souvent dans un fauteuil en position assise ou allongée. Dès que possible, il faut reprendre une activité physique, même minime, afin de ne pas rentrer dans un cycle d’alitement prolongé. De plus, plus on dort la journée, moins on a un sommeil important et récupérateur la nuit. Une consultation adaptée avec une équipe spécialisée dans votre centre de traitement est nécessaire pour améliorer le type de repos et le type d’activité que vous pouvez réaliser. Cette activité doit être modérée et adaptée à votre force physique, mais une demi-heure par jour de marche ou de bicyclette peuvent diminuer la fatigue et le stress. Quoi qu’il en soit, le patient ne doit pas se sentir coupable de ne pas être tout de suite capable de fournir un effort surtout au début d’un traitement lourd. Des gestes tout à fait simples peuvent permettre de se sentir bien et mieux dans son corps, retrouver des sensations agréables, redécouvrir une harmonie de son corps et de ses mouvements, retrouver le plaisir de se déplacer seul…

Les relations avec les proches doivent être privilégiées le plus possible. Le plus souvent les malades sont irritables ou présentent une dépression réactionnelle du fait de l’annonce de la maladie et du traitement et le rôle de l’accompagnant est souvent prépondérant dans l’aide qu’il peut apporter au patient (qu'attend de vous une personne malade ?). Une aide psychologique est souvent nécessaire pour le patient et pour la famille. Dernier conseil : continuer ses activités professionnelles si possible, si le patient ne se sent pas trop fatigué et s’il en éprouve un besoin important. Parfois, travailler permet aussi de ne pas toujours penser à la maladie.

 

 

Dernière modification le Mardi, 01 Février 2011

http://www.lecancer.fr

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans FATIGUE ET CANCER
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 13:59

Les causes de la fatigue sont extrêmement multiples et il est difficile d’identifier l'unique responsable.

La maladie elle-même, le traitement avec tout ce que cela comporte : effets secondaires immédiats, effets secondaires tardifs, douleurs associées, allers-retours au centre d’hospitalisation, conséquences sociales peuvent être autant de facteurs responsables.

 

La fatigue liée à la maladie

 

Il est possible que la présence en elle-même de la tumeur puisse engendrer une fatigue physique par diverses sécrétions internes.

A cela s’ajoute forcément une fatigue psychologique liée soit à un syndrome d’anxiété et de dépression réactionnelle ou à la souffrance morale à l’annonce de la maladie et de son traitement.

De plus les allers-retours liés à la mise en place du traitement, notamment avec les différentes prises de sang, les biopsies (prélèvements de la tumeur), la pose d’un dispositif pour réaliser les injections (cathéter) augmentent la fatigue présente

 

La fatigue liée aux médicaments

 

La fatigue liée aux traitements médicamenteux comme la chimiothérapie ou l’hormonothérapie ou l’immunothérapie est le plus souvent due aux effets secondaires que ces drogues entraînent.

L’hormonothérapie est un traitement qui empêche l’action des hormones susceptibles de stimuler la croissance des cellules cancéreuses. Ce traitement peut également entraîner une fatigue notamment par le biais d’une prise de poids, de bouffées de chaleur, de nausées, de troubles des règles ou une diminution du désir sexuel. L’immunothérapie est un traitement qui vise à stimuler les défenses immunitaires de l’organisme contre les cellules cancéreuses. Il existe des effets secondaires comme des courbatures, des fièvres avec aggravation de la fatigue déjà présente ou début de fatigue si elle n’existait pas.


puce En savoir + : Chimiothérapie
puce En savoir + : Hormonothérapie
puce En savoir + : Immunothérapie

 

 

La fatigue liée à la radiothérapie

 

La fatigue liée à la radiothérapie (la radiothérapie) provient de l’émission de rayons sur la tumeur et sur une zone délimitée de l’organisme. Néanmoins, il existe une possible réaction dès le début des premières séances appelée «le feu des rayons». Une fois que l’organisme s’est habitué aux premières séances, les effets secondaires peuvent survenir en fonction de la zone où les rayons sont délivrés. Par exemple si les rayons sont délivrés au niveau de la vessie, des signes comme une envie d’uriner plus fréquente peut survenir. De plus, si les rayons sont situés au niveau du tube digestif, des symptômes comme des nausées ou des vomissements peuvent survenir aggravant la fatigue.

La radiothérapie étant délivrée une fois par jour, le plus souvent cinq jours par semaine pendant une durée variable en fonction du type de cancer, les allers-retours que nécessitent toutes ces séances peuvent également aggraver la fatigue.

Enfin, la localisation de la radiothérapie, notamment au niveau de la moelle osseuse, peut entraîner une diminution des globules blancs, rouges, plaquettes et entraîner une fatigue physique liée à la diminution de la production de globules. Ceci est le cas le plus souvent lorsqu’on irradie une zone osseuse qui produit beaucoup de globules, comme le bassin ou les os longs.

 

La fatigue liée à l'anémie

 

La chimiothérapie utilise des médicaments qui tuent les cellules cancéreuses mais également des cellules saines. Le temps que les cellules se régénèrent, un syndrome de fatigue est le plus souvent perçu par le malade. Si les globules rouges sont atteints, il existe une anémie (diminution du taux d’hémoglobine) ; ainsi l’ensemble de l’organisme est moins oxygéné du fait de la difficulté d’apporter l’oxygène aux tissus par la diminution du taux d’hémoglobine et donc une augmentation de la fatigue est ressentie.

La diminution des autres globules peut entraîner également une fatigue comme la baisse des globules blancs, appelée leucopénie ou celle des plaquettes, appelée thrombopénieDiminution de plaquettes dans le sang. .

 

En savoir + : Télécharger le document PDF - Anémie et cancer

 

 

La fatigue liée à la chirurgie

 

La fatigue liée directement à la chirurgie est également très difficile à évaluer. Elle est associée à l’opération en elle-même ainsi qu’à l’anesthésie, mais aussi aux éventuelles pertes de sang s’il y en a eu.

L’anxiété due à l’attente des résultats majore également cette fatigue.

 

 

Voir aussi

Questions fréquentes

 

 

 

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans FATIGUE ET CANCER
commenter cet article

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum