Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 18:42
A l'occasion de la 7e Semaine pour les alternatives aux pesticides, jusqu'au 30 mars, le point sur la situation en France, championne de l'utilisation des produits phytosanitaires en Europe.

Publié : 26/03/12



pesticide_-_epandage_-_superstocksipa.jpg

 

La France concentre à elle seule 1/3 de la consommation européenne de pesticides : 61 900 tonnes par an ! SIPA/SUPERSTOCK

Qu’est-ce qu’un pesticide ?

Un pesticide de synthèse est une substance chimique qui vise à tuer les insectes (insecticides), à combattre les maladies causées par des champignons (fongicides) ou à détruire des végétaux qui font concurrences aux plantations (herbicides).

Ces substances sont également appelées produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques.


Où en est la France ?

En 2008, le Grenelle de l’environnement prévoyait :

Cliquez ici !

- de réduire de 50% l’usage des pesticides d’ici 2018,


- de retirer du marché les pesticides les plus dangereux,


- d’augmenter les surfaces cultivées en bio.


En 2012, le bilan est décevant

 

La France, championne d'Europe des pesticides

La France reste le premier pays européen consommateur de pesticides (1/3 de la consommation européenne de produits phytosanitaires).


En 2010, la consommation a atteint 61 900 tonnes de pesticides dont 48 200 tonnes de pesticides de synthèse (selon l'Union des Industries de Protection des Plantes).

 

Agriculteurs et jardiniers du dimanche

90% de l’utilisation des pesticides concerne l’agriculture.

 

Les 10% restant concernent les collectivités locales et les jardiniers amateurs.


Fruits et légumes

Plus de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture non biologiques contiennent des pesticides, qui finissent par s'accumuler dans les organismes humains.

 

 

Menus enfants : des résidus à gogo

Fin 2010, l'association Générations Futures a fait analyser les repas d’une journée type d’un enfant d’une dizaine d’années. Résultat : 128 résidus ingérés en une journée issus de 81 molécules différentes dont 47 suspectées d’être cancérigènes ou pouvant perturber le système endocrinien. Pas moins de 36 pesticides différents ont été identifiés.

 

 

Pollution de l'environnement

Des résidus de pesticides peuvent se retrouver partout dans l'environnement : eau, sols, air... En France, 96% des cours d’eau et plus de 50% des nappes phréatiques sont polluées, en grande majorité par les produits phytosanitaires.

 

La production bio : une faible croissance

Fin 2010, les surfaces dédiées à l'agriculture bio représentaient un peu plus de 3 % de la surface agricole de France (19e rang européen !). Le Grenelle de l’environnement fixe comme ambition d’atteindre 6% en 2012 – cet objectif ne sera pas atteint – et 20% en 2020. Des voeux pieux...

 

 

Pour en savoir plus 

Le site Internet de la 7e Semaine pour les alternatives aux pesticides. 

 

 

Par Charles Desjardins

 

 

 


Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 18:37

logo france-soir

 

Publié : 04/02/12
Mis à jour : 05/02/12

Plus efficace et moins coûteux, le dépistage organisé du cancer du sein doit être généralisé, explique la Haute Autorité de Santé.

 

depistage-cancer-sein.jpg

 

Le dépistage organisé permet de détecter plusieurs milliers de cancers du sein chaque année SIPA
Les femmes âgées de 50 à 74 ans doivent participer au programme national de dépistage. C'est, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), la meilleure méthode pour améliorer le traitement des cancers du sein. À la veille de Journée mondiale contre le cancer – qui se déroule ce samedi -, la HAS a publié des recommandations pour promouvoir le fameux DO (dépistage organisé), sans toutefois aller jusqu'à recommander le dérembousement du dépistage individuel.

En 2004, la France a mis en place ce fameux programme de dépistage, dit « organisé », du cancer du sein pour les femmes âgées de 50 à 74 ans, sans symptômes apparents ni antécédent de cancer du sein. Tous les deux ans, elles peuvent ainsi se rendre chez un radiologue agréé pour une mammographie prise en charge à 100% par la Sécurité sociale.
La double lecture des mammographies est efficace
En 2010, 52% des quelque 4,3 millions de femmes concernées ont recouru au DO. 10% d'entre elles ont préféré le dépistage individuel. Pour un impact majeur sur la mortalité par cancer du sein, l'objectif européen s'établit à 75% des femmes de la classe d'âge. Selon le professeur Jean-Luc Harousseau, « le dépistage organisé est supérieur en termes de qualité et de sécurité des patientes et également en coût/efficacité ». Non seulement le dépistage organisé est équitable mais en plus, les images réalisées dans son cadre sont analysées par deux radiologues. Une « double lecture de rattrapage » qui permet, chaque année, de diagnostiquer 1.300 cas de cancers.

En 2012, environ 53.000 nouveaux cas de cancers du sein devraient être recensés. Premier cancer féminin, il est responsable de 11.000 décès chaque année.
Actu France-Soir

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 18:26
logo_france-soir.gif
L'association Pink Bra Bazaar a organisé une vaste opération de récupération de soutiens-gorge dimanche sur l'esplanade du Trocadéro à Paris. Un véritable buzz pour sensibiliser sur la lutte contre le cancer du sein.

 

sipa_00634489_000010.jpg

 

Des centaines de soutiens-gorge ont été jetés en l'air sur l'esplanade du Trocadéro, dimanche SIPA/SEVGI
Un véritable buzz. Des centaines de soutiens-gorge ont été lancés en l'air dimanche sur l'esplanade du Trocadéro à Paris. Une initiative de l'association Pink Bra Bazaar pour sensibiliser les femmes, mais aussi les hommes, sur la nécessité de se faire dépister du cancer du sein. « Notre message n'a qu'un seul objectif : que chaque femme se sente concernée sans crever de trouille, qu'elle aille régulièrement faire ce qu'il faut pour que, au cas où il y aurait quelque chose, cela soit dépisté à temps », a ainsi précisé l'association sur son site.
"Des centaines de soutifs"


Pour la troisième édition de cette sorte de vide-dressing original et en plein air, plusieurs professionnels de la lingerie se sont mobilisés. Les participantes ont, quant à elles, été invitées à porter leur soutien-gorge par-dessus leur t-shirt. Afin de réunir « le maximum de monde » et de permettre à l'association de « récolter des centaines de soutifs », les hommes ont eux aussi été conviés.

Et si certains ont laissé leur côte fantaisiste s'exprimer en apportant leur touche personnelle à leurs dessous, les plus timides se sont, eux, contentés d'y apporter « un petit quelque chose de rose » en référence à la couleur de la Ligue contre le cancer du sein. Ces soutiens-gorge ont ensuite été récupérés par Pink Bra Bazaar pour ces « trocs de soutifs » et ateliers de customisation.

Premier cancer féminin, le cancer du sein est responsable de 11.000 décès chaque année. En 2012, près de 53.000 cas devraient être recensés.

 

Par Actu France-Soir
Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 18:29
Le Monde.fr | 24.03.2012 à 18h32 • Mis à jour le 25.03.2012 à 12h15

 

L'association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), qui a déjà fait parler d'elle au début du mois de mars avec sa campagne de sensibilisation à l'euthanasie, a réuni entre 1 000 et 2 000 personnes, samedi 24 mars, sur la place de la République. Un rassemblement suivi d'une marche jusqu'au Cirque d'hiver où s'est organisé un meeting en présence notamment du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë. Si l'association s'était contentée, il y a moins d'un mois, de photo-montages des candidats dans des lits d'hôpital, elle les a aujourd'hui appelés à venir s'exprimer publiquement sur la question de l'euthanasie.
Seuls Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly ont répondu présents, Nicolas Sarkozy et François Hollande s'étant respectivement fait représenter par le député européen Philippe Juvin et la députée George Pau-Langevin. Le candidat du Front de gauche a souligné son "attachement connu de longue date" au droit à "décider d'éteindre soi-même la lumière". Dans son programme, il s'est effectivemment prononcé en faveur de l'inscription, dans la Constitution, du droit de "décider de sa propre fin et d'être assisté lorsqu'on en décide". De son côté, l'écologiste Eva Joly a indiqué vouloir "aller au-delà de la loi Leonetti" qui encadre la fin de vie, pour instaurer "une aide active à mourir" strictement encadrée.
PEU DE PROPOSITIONS CONCRÈTES
Depuis plusieurs mois, la question de l'aide à la fin de vie s'est invitée dans le débat public, notamment avec la sortie du livre Six mois à vivre, publié à titre posthume par Marie Deroubaix qui a choisi de "finir ses jours dignement" en Belgique. Un plaidoyer pour l'euthanasie qui a été propulsé en tête des ventes du site Amazon dès sa publication le 8 mars 2012.
"Les politiques se prononcent sur l'euthanasie, ce qu'ils ne faisaient pas avant. C'est la première fois que ce thème est autant traité dans une campagne", a d'ailleurs estimé Jean-Luc Romero, président de l'ADMD et conseiller régional PS d'Ile-de-France. En deux jours, il a été successivement l'invité de France Info et de LCI. Après cette journée d'appel, il a estimé que l'association avait "réussi son pari : faire en sorte que la question de l'euthanasie fasse débat" durant la campagne électorale.
Mais les candidats à la présidentielle n'ont pas attendu cette actualité pour se prononcer sur le droit à mourir dans la dignité. Poussé par son camp, le candidat socialiste, François Hollande, s'est exprimé à plusieurs reprises à ce sujet. Il s'est déclaré partisan d'une "assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité" dans "des conditions précises et strictes". Se gardant bien de parler d'"euthanasie", il évoque plutôt "une procédure : quand une personne demande, parce qu'elle n'en peut plus (...). Il ne s'agit pas de dépénaliser mais d'encadrer cette mort dans la dignité."
Nicolas Sarkozy, de son côté, s'est fermement opposé dans un entretien au Figaro magazine à un remaniement de la loi Leonetti qui, depuis 2005, interdit l'acharnement thérapeutique et instaure un droit au "laisser mourir". Cette loi autorise l'administration par les médecins de traitements anti-douleur permettant de soulager la souffrance avec pour "effet secondaire d'abréger la vie" d'un malade. Pour lui, "la loi Leonetti est parfaitement équilibrée, elle fixe un principe, celui du respect de la vie" alors que "l'euthanasie légalisée risquerait de nous entraîner vers des débordements dangereux". Une position partagée par le centriste François Bayrou.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:58

logoFrance5 Allodocteurs

 

 

 

rédigé le 1 février 2012 par Cécile Guéry-Riquier, mis à jour le 1 février 2012

 

 

Nos grands-parents avaient pour habitude de consommer régulièrement en hiver de l'huile de foie de morue et... ils avaient bien raison ! C'était leur manière à eux de prendre une bonne dose de vitamine D. Mais aujourd'hui, à moins d'une alimentation riche en poissons gras, les populations européennes et américaines manquent de cette précieuse vitamine...

 

 

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-nous-manquons-tous-de-vitamine-d-5934.asp?1=1 

 

 

En Angleterre, un nourrisson de quatre mois est mort des conséquences de son rachitisme. Le rachitisme est un manque pathologique de vitamine D, qui peut entrainer une fragilité osseuse. De nombreux enfants en souffraient avant la Seconde Guerre mondiale. Face aux nombreuses fractures du bébé anglais, la police avait d’abord pensé à un cas de maltraitance, mais les examens médicaux ont révélé que l'enfant souffrait d'une carence importante en vitamine D. Sa mère aussi était très carencée, et n'avait pas pu, en l'allaitant, lui apporter la quantité de vitamine nécessaire. Selon le New Scientist, les cas de rachitisme sont en hausse en Grande-Bretagne : 147 enfants en 1997, 762 en 2010.

Ce cas fait ressurgir un problème de santé publique de plus en plus remarqué par le monde médical : l'insuffisance, voire la carence en vitamine D, des populations vivant au nord du 40ème parallèle. Soit, par exemple, l'Europe du Nord, la Canada, les Etats-Unis...

 

 

Manque de soleil et carence en vitamine D


En cause : le manque d'ensoleillement de nos contrées, nos habitudes de plus en plus sédentaires qui nous poussent à moins sortir, et notre (bonne) habitude à nous badigeonner de crème solaire quand le soleil montre le bout de son nez.

Car c'est grâce aux rayons UV B du soleil que notre corps fabrique plus de 80 % de nos besoins en vitamine D. Il s'agit plus exactement d'une hormone, qui après deux transformations successives au niveau du foie et du rein, va favoriser la bonne assimilation digestive du calcium et du phosphate, et donc nous permettre de fortifier nos os. La vitamine D est d'ailleurs souvent prescrite dans les cas d'ostéoporose.

Les peaux foncées vivant dans les pays du Nord sont particulièrement exposées car leur peau a besoin de plus de soleil que les peaux claires pour synthétiser la même quantité de vitamine D. La peau des personnes âgées aussi.

"Il n'y a pas d'étude précise sur les insuffisances en vitamine D de la population générale, mais à chaque fois que l'on fait faire des dosages lors d'une étude, tous les participants montrent au moins une insuffisance, voir une carence", explique le Dr Marie Courbebaisse, néphrologue à l'Hôpital européen Georges-pompidou, à Paris.

Nous trouvons aussi de la vitamine D dans notre alimentation, en particulier dans les poissons gras comme la sardine, le saumon ou le hareng. Mais pas suffisamment pour pallier notre manque. Pas question non plus de faire des séances dans des cabines UV ou de faire bronzette sans crème solaire pour rebooster notre taux de vitamine D, le risque de cancer de la peau est trop important.

 

 

Alors quelle est la solution ?

 

Tout simplement prendre des compléments alimentaires de vitamine D, appelés aussi "UV Dose". Ils peuvent se présenter sous forme d'ampoules, ou de gouttes. La délivrance se fait sur ordonnance, et la posologie est évalué par votre médecin, qui aura vérifié au préalable votre taux de vitamine D par une prise de sang.

Aujourd'hui, la supplémentation en vitamine D est seulement conseillée aux enfants de moins de 3 ans, aux femmes enceintes et qui allaitent, et aux personnes âgées.

Mais cette limitation de prescription ne va probablement pas durer. De nouvelles études commencent à démontrer qu'un bon taux de vitamine D ne permet pas seulement d'avoir des os solides. Elle aurait aussi une influence sur les autres tissus du corps humain, comme les muscles, les neurones, le cœur... et protégerait ainsi des maladies cardio-vasculaires, du diabète, des infections, et même du cancer.

Un geste de prévention donc, dont le coût serait minime, puisqu'une ampoule vaut un peu moins de deux euros, et que l'on doit en prendre seulement une à chaque changement de saison. La petite ampoule de vitamine D pourrait bien devenir notre futur geste santé.

 

 

En savoir plus :

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 15:55

logoFrance5 Allodocteurs

 

 

rédigé le 9 mars 2012 par Jean-Luc Romero, président de l'ADMD, mis à jour le 13 mars 2012

 

La santé est la préoccupation numéro 2 des Français, après l'emploi. Pourtant elle reste quasiment absente des programmes des candidats à l'élection présidentielle. La rédaction d'Allodocteurs.fr a demandé à plusieurs acteurs de la santé d'écrire une lettre au futur président de la République. Euthanasie, avortement, urgences, médicaments, droit des patients, sida... En espérant que ces thèmes de santé feront enfin leur apparition dans la campagne électorale.

 


 

Madame, Monsieur le futur président de la République,

 

Les Françaises et les Français, en majorité, ont voté pour vous et vous ont élu pour être le président de la République française, ce dimanche 6 mai 2012.

 

Certains sujets que vous aurez à traiter sont d'une technicité ahurissante et je vous souhaite d’avoir d’excellents conseillers à vos côtés. Alléger le poids de la dette publique va blanchir beaucoup de vos nuits. Réduire le chômage est une nécessité impérieuse. Certaines décisions que vous aurez à prendre seront lourdes de conséquences humaines. Engager la France dans un conflit armé est un poids sur la conscience qui s’accroit à chaque drame.

 

Il est un sujet que vous aurez à traiter en priorité, assez simplement au fond, parce qu’il concerne 100% de vos concitoyens et que, selon les sondages, entre 86 et 94% des Français y sont favorables. Ce sujet, c’est celui de la légalisation de l’aide active à mourir. Non pas pour poser une alternative entre la vie et la mort, mais pour poser une alternative entre une mort choisie, abordée dans une relative sérénité, en conscience, et une mort subie, imposée, qui survient à l’improviste, dans la solitude d’une chambre d’hôpital. Pour répondre à cette question : la mort est là, que faisons-nous…

 

Je dis simplement, non pas que je méconnaisse la gravité de ce passage obligé de toute vie humaine, mais parce que certains pays européens – trois des six fondateurs de la CEE en 1957, je veux parler des Pays-Bas, de la Belgique et du Luxembourg – nous ont devancés et ont établi des dispositifs efficaces, encadrant les procédures, prévenant toutes les dérives, assurant l’égalité de traitement de chacun.

 

Inutile donc d’inventer ce qui existe déjà et qui donne satisfaction. Inutile de perdre encore de trop longues années durant lesquelles des femmes et des hommes que nous aimons vont mourir dans des conditions insupportables car non choisies.

 

Monsieur le futur président de la République, envoyez une mission impartiale auprès des autorités sanitaires des pays du Benelux, demandez à ces observateurs de rédiger un rapport et de préparer un texte de loi transposant dans notre droit cette loi de liberté que ces peuples connaissent depuis parfois plus de dix ans. Organisez le débat à l’Assemblée nationale et au Sénat et veillez à ce qu’aucun argument débordant de la laïcité plus que centenaire de notre République ne soit invoqué.

 

Le texte voté, ratifié, les décrets d’application pris, vous apprécierez cette loi de liberté qui place les Français au cœur de toute décision médicale de fin de vie, qui fait de notre pays un pays respectueux de la liberté individuelle et des consciences, et qui exonère les médecins de décisions qu’ils ne veulent pas, qu’ils ne peuvent pas ou qu’ils ne savent pas prendre.

 

Monsieur le futur président de la République, vous serez élu le dimanche 6 mai 2012 par la volonté majoritaire des Françaises et des Français. Entendez alors la demande d’une autre majorité qui souhaite conserver la maîtrise de son propre corps jusqu’au dernier jour de sa vie, qui souhaite que soient respectées ses dernières volontés.

 

Monsieur le président de la République, rappelez-vous durant ces cinq prochaines années que la France est un pays laïque, qui a toujours défendu la liberté.

 

Celle de finir sa vie dans la dignité doit être entendue.

 

 

 

Jean-Luc Romero
Président de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 15:16
inserm.fr-copie-1.gif

 

La morphine est utilisée depuis plusieurs siècles pour soulager les douleurs intenses. Ses propriétés antidouleur sont toutefois accompagnées d’effets secondaires importants. La morphine mime l’action de molécules produites naturellement par le cerveau (les endorphines). Pourquoi alors a-t-elle des effets secondaires aussi délétères ? L’explication vient d’être apportée par l’équipe de Sébastien Granier, chercheur à l’Institut de génomique fonctionnelle (Inserm/CNRS/Universités de Montpellier 1et 2) et ses collaborateurs américains. La structure 3D des récepteurs du cerveau sur lesquels se fixent la morphine ou les endorphines, est probablement différente selon que l’une ou l’autre des molécules s’y fixe. La réponse de l’organisme, va, de fait, être totalement modifiée. Grâce à cette découverte, les chercheurs espèrent réussir à conserver les effets bénéfiques de la morphine sans pour autant induire d’effets secondaires.
Ces travaux réalisés sont publiés dans la revue Nature datée du 21 mars 2012

 

 

L’opium, produit naturel extrait du pavot (Papaver somniferum), est une des plus anciennes drogues connues par l’Homme pour ses propriétés psychotropes, sédatives et analgésiques. Ces effets sont induits par son composant majeur, la morphine, qui est largement utilisée de nos jours en clinique pour soulager la douleur.


L’action de la morphine est relayée par les récepteurs µ-opiacés exprimés à la surface des cellules du système nerveux central. Ces récepteurs font partie d’une superfamille de protéines, les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) qui sont la cible d’environ 30 % des médicaments actuellement sur le marché.


Au niveau moléculaire, la morphine, en se liant aux récepteurs µ-opiacés, mime l’action de molécules produites naturellement dans le cerveau : les endorphines. Cependant son utilisation en clinique est limitée par deux effets. D’une part, le développement d’un phénomène de tolérance oblige à augmenter la dose de morphine au fur et à mesure des injections répétées pour obtenir le même effet thérapeutique. D’autre part, la consommation de morphine entraine un phénomène de dépendance comme la drogue (l’héroïne, forme acétylée de la morphine, étant l’exemple le plus édifiant). De plus, la morphine provoque de graves effets secondaires : dépression respiratoire, constipation, dépendance physique et psychique. Ces effets délétères s’expliquent notamment par le fait que la morphine déclenche une réponse cellulaire différente de celle induite par les endorphines. La morphine et les endorphines se liant au même récepteur, ces deux molécules stabiliseraient les récepteurs µ-opiacés dans des conformations spatiales distinctes à l’origine des différences de réponses biologiques.


"Dans le but de développer des molécules conservant les effets bénéfiques de la morphine sans pour autant induire d’effets secondaires, il est donc indispensable de comprendre les bases structurales de l’action de la morphine et des opiacés en général" explique Sébastien Granier, chercheur à l’Inserm et principal auteur de ce travail.


Le travail réalisé par Sébastien Granier et l’équipe de Brian Kobilka à Stanford, a permis de résoudre la structure tridimensionnelle du récepteur µ-opiacé lorsqu’il est associé à une molécule présentant une structure chimique proche de celle de la morphine.

 

 

figarticle-morphine--un-jour-sans-effet-secondaire.jpg

 

Visualisation en 3D du récepteur µ-opiacé lorsqu’il est associé à un antagoniste de la morphine

 

 

fig2-morphine--un-jour-sans-effets-secondaires.jpg

 

Visualisation en 3D d’un dimère du récepteur µ-opiacé

 

 

 

 

La structure 3D ainsi visualisée montre que la zone spécifique du récepteur où se lie la molécule opioïde est largement ouverte vers le milieu extérieur, ce qui explique la rapidité d’action de ces composés.

Cette structure révèle aussi une caractéristique très importante dans le fonctionnement de ce récepteur : la formation d’un dimère (1) de récepteur. "C’est la toute première fois que nous réussissons à visualiser la structure 3D d’un tel complexe pour cette famille de récepteur" ajoute le chercheur. Cette structure d'un dimère de récepteurs µ-opiacés ouvre de nouvelles pistes pour étudier ce phénomène et mieux comprendre ces implications fonctionnelles.

La résolution de la structure 3D du récepteur µ-opiacé, clé du traitement de la douleur et des addictions, pourrait à terme mener à la conception de nouveaux médicaments analgésiques dépourvues d’effets secondaires.

 

Note
(1) Molécule issue de "l’association" de deux molécules identiques

 

 

 


Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 11:25

logoFrance5 Allodocteurs

 

 

L'Association pour le droit de mourir dans la dignité lance, mercredi 7 mars 2012, une campagne utilisant l'image des candidats qui s'opposent à la légalisation d'une aide active à mourir. 94 % des Français se déclarent favorables à l'euthanasie.

 

François Bayrou, Marine le Pen et Nicolas Sarkozy sur leur lit de mort. Après la Fédération des aveugles et des handicapés visuels de France, c'est au tour de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle.

 

Pour frapper les esprits, l'association utilise les visages des candidats, grimaçants sur leurs lits d'hôpital avec cet appel : "Doit-on vous mettre dans une telle position pour faire évoluer la vôtre sur l'euthanasie ?"

 

Pourquoi avoir choisi ces candidats-là ? Parce que ceux sont "les plus opposés à la légalisation d'une aide active à mourir", explique l'association. Ainsi, "sont-ils mis en situation de fin de vie, au fond d'un lit de douleur, afin de les pousser à réfléchir à cette importante question de liberté individuelle", poursuit l'ADMD.

 

François Hollande, lui, s’est prononcé pour que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander dans des conditions précises et strictes à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".

Un rassemblement ouvert à tous est prévu le 24 mars 2012 au Cirque d'Hiver-Bouglione, à Paris.

 

Selon un sondage IFOP pour Sud-Ouest réalisé en août 2011, 94 % des Français sont favorables au recours à l'euthanasie.

 

 

Campagne de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité

Voir la campagne en ligne sur : www.admd24mars.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:02

logoFrance5 Allodocteurs

 

 

rédigé le 19 mars 2012

 

Ch@t du 19 mars 2012 : les réponses de Laurence Haurat, psychologue-nutritionniste et du Dr Brigitte Danchin, nutritionniste.

 

Sommaire

 

Les réponses de Laurence Haurat, psychologue-nutritionniste

  • J’ai toutes les tailles du 36 au 44 je n’ose pas les jeter dois-je voir une psy ?

Non, pas forcément, c'était une manière de dire que c'est plus simple d'envisager son poids si on se cale sur une taille de vêtements et qu'on cherche à y rester.

 

  • J’ai fait de nombreux régimes yoyo, aujourd’hui je pèse 82 kilos pour 1m61, j’ai déjà du cholestérol et dois surveiller un diabète menaçant (familial). Mais je suis étudiante et n’ai pas beaucoup de moyens, que pourriez-vous me conseiller ?

D'aller voir un service hospitalier de nutrition (ex : Hôpital Pitié Salpètrière) qui vous offrira une prise en charge gratuite et multi-disciplinaire.

 

  • Il y a 3 ans sur les conseils d’une nutritionniste j’ai fait une diet hyperprotéinée. J’ai perdu 19 kilos, il m’en reste 5 à perdre j’ai refait toujours suivi par ma nutritionniste à 2 reprises une diète et là, ça ne fonctionne plus. Je ne comprends pas et ma nutritionniste n’a jamais eu de patiente pour qui ça bloque comme ça. Pourquoi ce régime ne fonctionne plus pour moi ?

Parce que le corps n'est pas complètement stupide et apprend des "jeûnes" passés. C'est même ce qui lui permet de survivre au fil des âges. Ca m'arrive souvent de voir des patients qui ont fait une première diète hyperprotéinée très efficace puis une deuxième moins et une troisième sans résultat...

 

  • Existe t-il une liste de praticiens formés pour éviter de tomber dans des pièges qui coutent un bras et qui ne marchent pas ?

Une liste non, pas vraiment, le mieux, c'est encore le bouche-à-oreille et d'aller voir sur les blogs des praticiens ce qu'ils disent de leurs pratiques.


  • Mon surpoids (80 kg pour 1.68 m) s’accumule surtout sur le ventre alors que les fesses fondent. Il s’en suit depuis peu du cholestérol et de l’hypertension.

Malheureusement, votre morphologie est sans doute de type "androïde", c'est-à-dire que vous prenez sur le haut du corps avec des jambes de Mistinguette. D'autres prennent du bas et ressemblent à un Maillol... A chacune sa morphologie, il faut jongler avec.


  • J’ai 27 ans et je pèse 126 kg pour 1m 75 j’ai essayé un tas de régime : salade, Dukan, pamplemousse....Je n’en peux plus ! Je vis dans une région de désert médical et c’est très compliqué pour moi de trouver un praticien qui ai une vraie réponse à mes attentes j’ai beaucoup entendu : c’est une question de motivation enfin que faire ? Aujourd’hui j’en suis arrivée à me poser la question de l’anneau.

Avant d'envisager l'anneau, procurez vous quelques livres sur le sujet. Certains d'entre eux (vous en trouverez une liste sur mon blog : www.Dietepense) lient alimentation et psychologie et permettent d'avancer malgré le manque de praticien... Parfois aussi, d'autres méthodes (méditation, sophrologie...) peuvent permettre d'avancer.

 

  • Comment faire pour augmenter son métabolisme de base ?

Pas vraiment de moyens, malheureusement. Seule solution, augmenter le niveau d'activité physique pour augmenter la dépense énergétique totale.


  • Je suis une spécialiste des régimes yoyo (je suis même passée dans votre émission pour cela) et après avoir mis un anneau gastrique (en échec) je me relance dans le régime Weight-Watchers....Qu’en pensez-vous ? Est-ce que je suis un cas désespéré ?

Le régime WW reste un régime qui sous des airs "équilibrés" reste hypocalorique. Néanmoins, cela peut vous aider à démarrer mais si vous avez été en échec avec un anneau gastrique, peut-être faut-il envisager un suivi par un psy sur les questions de grignotages, compulsions...

 

  • Comment faire pour retrouver la satiété ?

S'écouter beaucoup, repérer ses sensations, les noter éventuellement pour pouvoir s'y référer et surtout, surtout, les respecter.

 

  • Connaissez vous un diététicien sur Lyon ?

Oui, Florian Saffer, qui a une pratique vraiment intéressante et dans l'écoute.

 

  • Pour perdre entre 5 et 7 kg, quel régime est conseillé ?

Pas de régime restrictif ni hypocalorique, pas de régime qui diabolise les aliments... bref, pas de régime, en fait mais une alimentation dans le plaisir, la diversité, en s'écoutant et se faisant du bien.

 

  • On a vu dans le reportage une diététicienne particulièrement open. Comment rencontrer la personne qui ne sera pas dans le jugement, qui nous aidera à perdre du poids et surtout à ne pas le reprendre ?

Il faut en effet trouver la bonne personne en s'appuyant sur son environnement, en interrogeant son médecin, en écoutant la radio ou en regardant la télé. C'est rare de ne pas voir des praticiens dans le jugement qui vous expliquent que c'est très facile de maigrir alors que vous n'y arrivez pas durablement depuis des années...

 

  • J’ai été opéré il y a quelques années avec le système by pass, j’ai perdu 40 kg... mais avec le stress (je suis indépendant) je n’arrive pas à m’empêcher de grignoter. Du coup j’ai repris presque 20 kg. Pensez-vous que de voir un psychologue alimentaire peut m’aider à passer le cap ?

Oui, absolument, il faut que vous voyez quelqu'un qui travaille avec vous sur la question du grignotage qui vous aide sûrement à faire face à pleins de choses mais qui ne vous rend pas service sur le poids.

 

  • Je suis suivie depuis 2 moins chez une diététicienne, qui m’a prescrit une façon de manger très équilibrée, je n’ai perdu que 2 kg est-ce un rythme normal ?

C'est en tous cas VOTRE rythme, qui est très personnel : personne n'est comparable dans ce domaine. J'ai donné la grande moyenne de 12 kgs/an dans l'émission mais on a vu quelqu'un qui en a perdu quasiment le double. C'est sans doute qu'il y avait une grande différence entre ce qu'elle faisait spontanément et ce que lui a demandé de faire la nutritionniste.

 

  • Je suis boulimique depuis 15 ans : je me fais vomir après chaque repas. J’ai un poids qui a très peu varié depuis le début de mes troubles alimentaire. Environ 47 kg pour 1m65. Si je cessais de me faire vomir, quelle mémoire mon corps aurait-il de tout cela. Serait-ce les mêmes conséquences que ceux des régimes à répétition ?

Non, si votre arrêt des vomissements s'accompagne d'un travail sur votre alimentation et sur le sens de ces vomissements dans votre équilibre physique et psychologique.

 

  • Mon anneau devient de plus en plus insupportable à gérer car il m’a totalement détraquée dès que je le desserre je reprends inévitablement du poids et en grande quantité. Que puis-je faire ?

Réapprendre vraiment à manger avec quelqu'un qui vous accompagnera dans une REEDUCATION ALIMENTAIRE et non un cadrage infantilisant. C'est comme un kiné après un accident de voiture : il vous aide à faire une rééducation... Le boulot du praticien sur le poids est le même.

 

  • Vous n’appréciez pas les régimes hypocaloriques pourtant n’est-ce pas une bonne méthode pour équilibrer son alimentation ? En s'autorisant un petit excès le week-end par exemple ?

Si on doit vraiment parler d'équilibre alimentaire, il n'y a aucune raison que ce soit hypocalorique. En mettant en place cette alternance de restriction et de lâchage (le weekend), le risque est d'être vraiment dans la restriction cognitive et ne plus réussir à se sortir du cercle vicieux (restriction==> frustration ==>lâchage ==> culpabilité ==> perte de l'estime de soi ==> re-restriction... et ainsi de suite.

 

  • J’ai 19 ans, 1m60 pour 56 kilos, j’ai effectué le régime Dukan qui m’a fait reprendre 10 kilos aujourd’hui je n’arrive plus à perdre du poids mais je ne grossis plus. Pensez-vous qu’un suivi chez une diététicienne ou nutritionniste et une bonne solution pour maigrir ?

Vous êtes très jeune, il faut apprendre à réguler votre poids sans tomber dans les régimes à répétitition qui risquent à chaque fois de vous faire reprendre quelques kilos de plus. Le fait d'avoir un poids stable, c'est déjà bien. Si vous tentez de reperdre du poids, essayez de le faire de la manière la plus respectueuse possible.

 

  • Je voudrais savoir s’il existe un moyen de connaitre les dégâts occasionnés par mes différents régimes notamment à quel niveau tourne mon système métabolique de base ? Et s’il est bas comment le remonter ?

Seul moyen : aller faire des tests dans un hôpital équipé d'une chambre calorimétrique.

 

  • J’ai fait le régime Dukan pendant presque 5 ans, j’ai perdu du poids mais je ne sais plus manger, cet été j’ai tout arrêté et j’ai pris 8 kilos en 1 mois et demi, maintenant je suis suivie par un coach pour perdre ces kilos en sécurité, avec des soins également genre cellu m6, mais rien n’y fait je ne perds rien, je fais très attention, je fais du sport et rien ne bouge. Pourquoi, que dois-je faire ?

Votre corps a été soumis à une contrainte énergétique et nutritionnelle très forte et très longtemps. Il faut lui laisser du temps pour retrouver une capacité à perdre du poids.

 

  • Un diététicien peut-il donner les mêmes conseils qu’un médecin nutritionniste ou faut-il plus se méfier du premier ?

Normalement, leurs pratiques sont complémentaires : le médecin prend en compte la santé du patient dans sa globalité alors que le diététicien est plus sur la pratique au quotidien, l'organisation et prend ses patients plus longtemps que ce que peut faire le généraliste nutritionniste.

 

 

  • Comment éviter les fringales et l’effet petits gâteaux. Le verre d’eau ne suffit pas forcément...

Les fringales sont bien souvent liées à un état nutritionnel qui n'a pas apporté suffisamment de sucres (sous forme simple : fruits, sucre de table, produits sucrés) ou complexes : féculents, pain, pommes de terre, lentilles.... Si vous prenez régulièrement l'ensemble des sucres pour répondre aux besoins de votre corps, vos fringales devraient franchement diminuer.

 

  • A Lyon ? Qui est Florain Saffer : nutritionniste ? Médecin ?

Diététicien à côté de Lyon. Googlisez : il a un blog.

 

  • Pouvez-vous expliquez en quoi le régime Weight-Watchers est hypocalorique dans la mesure où on mange de tout contrairement à celui de Dukan ?

Parce que le système de point fait que si on traduit le nombre de points qui vous sont accordés en calories, on se rend compte qu'on est souvent à 100, 1200 ou 1500 Calories (ce dernier pour des patients très grands et très costauds). Par ailleurs, ce régime ne prend en compte que l'aspect nutrition du poids mais il y a souvent la tête qui interfère là-dedans...

 

  • Je suis étudiante, et en surpoids [157cm, 65kg]. J’ai eu beaucoup de carences en seulement 3 semaines de régime hypoprotéiné. Aujourd’hui je dis stop aux régimes. Mais comment faire pour manger équilibré alors que l’argent ne coule pas à flot pour les étudiants comme moi ?

En mangeant des produits de saison, qui sont toujours les moins chers. La viande ou le poisson ne sont pas obligés tous les jours. Mon patient qui a le mieux maigri (-40 kgs à 21 ans, étudiant) était végétarien et ne mangeait que des légumes, céréales, légumineuses et un peu de produits laitiers...

 

  • Un moral fortement en berne (voire état dépressif) lors d’un régime (alimentation équilibrée et non régime drastique) peut-il agir sur la perte de poids ?

On a souvent tendance à chercher du réconfort dans le sucre quand ça ne va pas bien... d'où parfois une difficulté à perdre du poids malgré la sensation de faire très attention (presque) toujours...

 

  • Un régime sans aucun féculent ni légumes secs (sucre lent), bien qu’équilibré en légumes, poisson, viande maigre, fromage à 0%, son d’avoine, 2 tartines pain complet, 15g beurre, est-il nocif pour la santé ?

Oui, car les féculents sous toutes leurs formes sont nécessaires au fonctionnement de votre cerveau, vos globules rouges et vos muscles. Dans ce que vous décrivez, il va y avoir à un moment ou un autre une lacune en sucre que le corps va chercher à récupérer...

 

  • Ayant fait plusieurs dépressions je prends encore des antidépresseurs à forte dose ( 2effexor 75mg + 1norset 15). Je mesure 1.63 pour 87kg. Je viens de me faire opérer d’une nouvelle éventration après plusieurs opérations. Du ventre. Sans faire d'écarts j’ai un appétit d’ogre. Puis-je envisager un régime tout en étant sous antidépresseurs ?

Ce n'est pas de votre faute : ces antidépresseurs peuvent être responsables d'une prise de poids et de l'augmentation de la sensation de faim. En réalité, votre corps n'a pas besoin de tout ce que votre cerveau lui impose de manger. Dans votre cas, il faudrait s'en tenir à une alimentation très cadrée, conseillée par un médecin ou un diététicien de façon à ne manquer de rien mais essayer de trouver la juste mesure dans ce que vous mangez : ni trop, ni trop peu. Vous ne pouvez pas vous baser sur vos sensations alimentaires.

 

  • 1m 58, 87kg, 27ans j’ai déjà suivi un régime avec nutritionniste et dès la première semaine j’ai pris 7 kg je venais déjà dans prendre 30kg cela fait 10 ans maintenant et à part sauter des repas je n’ai pas trouvé d’autre solution pour maigrir d’autant plus que j’ai une stéatose hépatique du coup je ne sais plus quoi faire que me conseillez-vous ?

??? Hyper bizarre, une telle prise de poids en 1 semaine. Peut-être rétention d'eau ?

 

  • Peut-on sauter un repas par jour ?

Sauter des repas n'a jamais fait maigrir : votre corps ne peut pas destocker aussi rapidement. Cela ne sert qu'à vous affamer et à risquer de manger trop au repas suivant par rapport à la réalité de vos besoins...

 

  • Je n’ai pas vu de réponse concernant le calcul du métabolisme au repos, savoir combien le corps brûle naturellement sans exercice. Y a t-il une formule permettant de la calculer comme l’IMC ?

Oui, formule très compliquée et très standardisée puisqu'elle se base sur vos poids, taille et âge mais pas sur la morphologie. Si vous avez une masse grasse importante ou au contraire, beaucoup de muscles, le métabolisme de base sera beaucoup plus faible dans le premier cas que dans le second.

 

  • Recherche psychologue - nutritionniste dans le 57 sur Sarreguemines ? Et peur de franchir le pas.

??? Pas de contact là-bas mais n'ayez pas peur : il ne vous fera rien faire que vous ne voudrez bien faire...

 

  • Après avoir fait toujours attention, j’approche des 80kg pour 1,60m et j’ai 56 ans. J’ai été opérée de la thyroïde (reste que la moitié). Comment arriver à maigrir ? Je n’y crois plus !

Super difficile, en effet. Ne vous en voulez pas, cela ne servira qu'à baisser l'estime de vous et rendre encore plus difficile la perte de poids...

 

  • Méthode Laurand avec 3 séances par semaine d'ultra fréquence. Associer à un régime  alimentaire. Vous en pensez quoi ?

Perso, je ne connais pas mais globalement, je n'ai pas confiance dans les méthodes qui évincent certaines catégories d'aliments ou qui en diabolisent d'autres, qui sont restrictives et frustrantes...

 

  • Pour ne pas grossir, doit-on manger des glucides à tous les repas ?

Oui, si vous avez assez faim pour en manger à tous les repas. Si à un repas, vous n'avez pas très faim, zappez les glucides mais jamais en vue de maigrir : juste pour répondre correctement à votre sensation de faim...

 

  • J’ai perdu 17 kilo depuis le 01/01/2012 en consommant uniquement 400 grammes de salade et 360 grammes de blanc de dinde, poulet ou jambon et environ 5 cafés au lait par jour, est-ce que je cours un risque à continuer ce genre d’habitude alimentaire alors que je me sens beaucoup mieux ?

Oui, pas de glucides complexes donc risque de compulsions sucrées et de recherche désespérée de sucre.

 

 

  • J’ai oublié de préciser que ma perte de poids suite aux prises de poids annuelles se fait sans régime particulier.

Continuez comme ça, c'est votre régulation à vous !


  • Passé 60 ans et 20kgs de surpoids + ..36 régimes et reprise (classique !), mon problème est-ce que j’ai faim le soir et me couche tard, je dors 5 heures, donc difficile de se coucher à 23h soir ! Que faire pour tromper cet estomac qui réclame et n’est pas calmé par simplement boissons, fruits, enfin petite collation sage ?

Si vous avez plus faim le soir tard, mangez le soir. Du coup, vous aurez moins faim le matin et vous mangerez moins le matin... et ainsi de suite...

 

  • Je fais du sport mais je perds pas de poids ?

Le sport ne fait pas maigrir mais il remuscle et fait mincir. Souvent, la taille de pantalon change mais pas le poids sur la balance. Ce n'est pas mal non plus...

 

  • Après tout ce que je viens de lire, je crois qu’il faut manger de tout et se faire plaisir de temps en temps, le physique mannequin ce n’est pas pour tout le monde.

J’adore cette conclusion : le physique mannequin ne correspond pas à la vraie vie. Je vous engage à regarder les peintures de Manet ou Ingres et la petite poupée que Bodyshop avait fait avec la moyenne des mensurations des femmes. Vous verrez qu'il n'y a pas de différence majeure entre les peintures et cette petite poupée. La représentation des femmes change mais le corps, lui, reste bien le même ! Mesdames, élevez-vous contre le diktat du jean slim et de la minceur et trouvez votre juste poids, celui dans lequel vous pouvez fonctionner sans vous priver de tout !

 

 

Les réponses du Dr Brigitte Danchin, nutritionniste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 09:52

 

la-semaine-nationale-de-lutte-contre-le-cancer-2012-aura-li

 

le 19/03/2012 à 15:45 par Florence Parrinello

 

A l’occasion de la semaine nationale contre le cancer du 19 au 25 mars,

 

un groupe d’élèves de l’Ecole Supérieure de Commerce de Dijon de la section « artistes et sportifs de haut niveau » a choisi de se mobiliser pour la lutte contre le cancer autour du thème "Art et activité physique contre le cancer".

En partenariat avec le CGFL et les intervenants de la Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV), ils proposent un après-midi informatif et participatif le samedi 24 mars à partir de 13h30 sous la verrière de l'ESC rue Sambin à Dijon ainsi qu'un "flashmob" (ou chorégraphie participative) accessible à tous.

 

Rendez-vous est donné de 13h30 à 18h00 autour des différentes animations proposées :

 

« Testez votre condition physique », des stands d’information-prévention et une exposition d’oeuvres réalisées par des patients du CGFL.

 

 

A 14h30, conférence sur le thème « Activité physique et cancers : actualités 2012 »

avec l'intervention du Professeur Pierre Fumoleau, directeur général du CGFL, suivie de la présentation du programme « Gym’ après cancer » de la FFEPGV présenté par Valérie Rodière et Élodie Lopez.



La chorégraphie participative aura lieu à 16h00 et 17h00.


Une vidéo est maintenant disponible sur Facebook http://www.facebook.com/events/293480887386536 pour les volontaires sans limite d'âge souhaitant apprendre l'enchaînement simple de mouvements.

 

Pour plus d’informations sur cette journée : lutte-contre-le-cancer@hotmail.fr.

 

 

Partager cet article
Repost0

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum