Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 15:38

 

 

logoInfCancer

 

 

LE CONCEPT DE TAUX DE SURVIE A 5 ANS

C’est un critère souvent utilisé en cancérologie.

C’est une notion statistique tirée des résultats d’études scientifiques portant sur un grand nombre de malades. Il se réfère au pourcentage de patientes qui vivent au moins 5 ans après le diagnostic de leur cancer. Beaucoup d’entre elles vivent plus de 5 ans après le diagnostic, mais le taux de survie à 5 ans est utilisé pour établir un « critère standard » pour évaluer les progrès des résultats des traitements.

Ce taux exclut les patientes décédées d’autres maladies et est considéré comme la façon la plus pratique d’établir le pronostic des patientes ayant un type et un stade précis de cancer.

 

LE PRONOSTIC A 5 ANS

LES CHIFFRES

Dans l'étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ 2010;341:c3620 ), la mortalité par cancer du sein en Europe a baissé de 19 % en moyenne entre 1989 et 2006. En France, cette baisse a été de 11 %. Cette diminution est variable selon les tranches d'âge :
 

  • Patientes de moins de 50 ans −37 % (de −76 à −14 %)
  • Patientes de 50 à 69 ans −21 % (de −40 à + 14 %)
  • Patientes de plus de 70 ans −2% (de −42 à + 80 %)


D’après les données d’ EUROCARE , la survie relative à 5 ans, tous stades confondus, pour huit pays européens retenus, est de 84 % pour les femmes diagnostiquées entre 1992 et 1994. La France se situe parmi les pays ayant le taux de survie à 5 ans le plus élevé en Europe.


LES TAUX POUR LES FEMMES DIAGNOSTIQUÉES AVANT 2000...

Ces pourcentages sont présentés dans le tableau de la colonne de droite, sont basés sur des femmes dont le cancer du sein a été diagnostiqué et traité initialement il y a plus de 5 ans. Chez les patientes diagnostiquées plus récemment, et souvent beaucoup plus précocement, on peut s’attendre à un pronostic plus favorable en raison des progrès thérapeutiques qui sont apparus depuis.

 

 

PATIENTES ATTEINTES D'UN CANCER DU SEIN EN VIE A 5 ANS  
Stades Pronostic
0 100 %
I 98 %
IIA 88 %
IIB 76 %
IIIA 56 %
IIIB 49 %
IV 16 %

Mise à jour

13 août 2010

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 15:24

 

 

logoInfCancer

 

LE GRADE DU CANCER


LE PRINCIPE 

Le médecin anatomopathologiste examine au microscope (examen histologique) les tissus prélevés lors d’une biopsie ou au décours de l’intervention chirurgicale Selon l’aspect des cellules, il attribue un grade. 

LE GRADE HISTO-PRONOSTIC 

La définition du grade histo-pronostic de la tumeur (grade Scarff-Bloom-Richardson ou « sbr ») est basée sur les caractéristiques des cellules tumorales et leur relation entre elles. Le grade « sbr » obtenu par l'addition de trois critères résumés dans le tableau ci-dessous.   Ceci permet de déterminer le grade, à partir du score obtenu : 

  • Grade I : 3, 4, 5
  • Grade II : 6 et 7
  • Grade III : 8 et 9


Les cancers de grades I, II et II» sont désignés quelquefois comme étant bien différenciés, modérément différenciés ou peu différenciés. 

SON INTÉRÊT… 

Le grade aide à préciser la stratégie thérapeutique et à évaluer le pronostic de la maladie. Les cancers dont l'aspect du tissu est très proche du tissu normal sont dits de faible grade. Ils ont tendance à évoluer et à s'étendre plus lentement que les cancers avec un grade plus élevé 
La présence de récepteurs œstrogènes ou à la progestérone .


LE GRADE SBR

 

Architecture
1.    La tumeur comprend que des tubes 
2.    Partiellement tubulaires 
3.    La tumeur ne comprend aucun tube
Atypies cyto-nucléaires
1.    Noyaux réguliers monomorphes 
2.    Atypies modérées 
3.    Noyaux pléomorphes avec atypies marquées
Nombre de mitoses
1.    Si le nombre est de 1 ou 0
2.    Si le nombre est de 2
3.    Si le nombre est de 3 ou plus

 


LES RECEPTEURS HORMONAUX (RH)

POURQUOI C'EST IMPORTANT...

Ce sont des protéines chargées de transmettre les informations de l'extérieur de la cellule vers l'intérieur (noyau). Les récepteurs sont spécifiques, car ils ne reconnaissent qu'une seule protéine qui circule dans le sang comme, par exemple, une hormone.
Les cellules normales du sein ont deux récepteurs différents qui reconnaissent les deux hormones sexuelles que sont les œstrogènes et la progestérone. Ces deux types d'hormones jouent un rôle important dans le développement et la croissance du sein normal à la puberté. Ces deux hormones commandent aussi les modifications de taille des seins notées au cours du cycle menstruel et durant la grossesse.

EN CAS DE CANCER…

Lorsqu'une cellule devient cancéreuse, elle peut garder des récepteurs fonctionnels aux œstrogènes et à la progestérone. Dans ce cas, les hormones naturelles de la patiente peuvent, en théorie, continuer à stimuler la croissance des cellules cancéreuses.

LA RECHERCHE ET LE DOSAGE DES RÉCEPTEURS HORMONAUX

La recherche de récepteurs hormonaux constitue une étape importante dans l'évaluation du cancer du sein. Elle permet de prédire la réponse au traitement hormonal.
Cette recherche est effectuée sur le prélèvement effectué lors de la biopsie ou du traitement chirurgical initial.
Les dosages isotopiques utilisent directement une hormone marquée, c’est donc un résultat « fonctionnel ».
Les études immuno-histologiques utilisent des anticorps monoclonaux dirigés contre la protéine des récepteurs. Les résultats obtenus sont parfois différents. Ils permettent d'étudier la variabilité des récepteurs et d'expliquer certains échappements thérapeutiques.

LEUR VALEUR PRONOSTIQUE

Les cancers du sein dont les cellules tumorales contiennent des récepteurs d'œstrogènes et de progestérone sont souvent désignés comme des tumeurs ER+ (positives) et PR+ (positives). Ces cancers tendent à avoir un meilleur pronostic que les cancers n'ayant pas ces récepteurs. En général, ils répondent à un traitement hormonal, utilisé pour bloquer les effets des œstrogènes et/ou de la progestérone.


LE C-ERBB-2 OU HER2/NEU

UN PARAMÈTRE TRÈS IMPORTANT... 

Dans un quart des cancers du sein, un taux trop élevé d'une protéine accélératrice de la croissance appelée HER2/neu , produit du gène c-erbB2 .
Cette protéine est un récepteur transmembranaire à la surface des cellules tumorales. 
Ces cancers ont tendance à se développer et à s'étendre plus agressivement que les autres types de cancers du sein. 

FACTEUR PRÉDICTIF POUR LE TRAITEMENT 

Les différentes études ont aboutit au consensus suivant :

  • Traitement par l'Herceptin TM en cas de surexpression d'HER2 qui est associée à une sensibilité à ce médicament
  • La positivité de HER2 peut :

 

  •  
    • Signifier une résistance à l'hormonothérapie notamment au tamoxifène
    • Être prédictif d’une réponse aux anthracyclines à doses élevées 
    • Signifier une résistance au CMF
    • Associée à une augmentation de la réponse aux taxanes  
  •  

     

 


AUTRES EXAMENS POUR DÉTERMINER LE PRONOSTIC

LA CYTOMÉTRIE DE FLUX 

La ploïdie des cellules cancéreuses se réfère à la quantité d'ADN qu'elles contiennent dans leur noyau. S'il y a une quantité normale d'ADN, les cellules sont dites diploïdes. Si le taux d'ADN est anormal, les cellules sont dites aneuploïdes. 
Certaines études ont montré que les cancers du sein aneuploïdes ont tendance à être plus agressifs. 

L’INDEX Ki-67 

De quoi s'agit-il ? 

L’antigène Ki-67 est un marqueur de prolifération (étude réalisée, à l'origine dans la ville de Kiel (Ki) sur un clone de cellules 67 ). 
Cet antigène est présent au niveau du noyau des cellules prolifératives, en phase G1, S, G2 et M et absent des cellules quiescentes, G0. Sa fonction précise n'est pas connue mais sa participation au maintien du pouvoir prolifératif ou au contrôle du cycle cellulaire est suggérée. 
L'antigène Ki-67 est détecté par l'anticorps Ki-67 en immunohistochimie et immunofluorescence. 
L’index de marquage par le Ki-67 représente le pourcentage de noyaux colorés par l’anticorps Ki-67. 

Ce que l'on sait... 

Un index Ki-67 élevé indique que les cellules cancéreuses se divisent rapidement.
Une méta-analyse portant sur 12 155 patientes de 38 études a démontré qu'un Ki 67     élevé est associé à un risque de rechute élevé.
Le nombre de ganglions (N) touchés et l'index Ki-67 sont des facteurs pronostiques indépendant pour la survie sans progression et la survie globale.
L'index Ki-67 est un facteur indépendant influençant la survie sans progression et la survie globale. Il donne, ainsi, une information supplémentaire pour l’évaluation du risque

AUTRES EXAMENS A L’ÉTUDE 

L’étude du statut du gène de la topo-isomérase IIa est à l’étude pour évaluer l’intérêt d’un traitement par une anthracycline, surtout chez les patientes HER2 +. 
La valeur prédictive des mutations du gène p53 suppresseur de tumeur, du récepteur de facteur de croissance de l'épiderme (EGFR) et de la densité des microvaisseaux (le nombre des petits vaisseaux qui alimentent et fournissent de l'oxygène au cancer) sont en cours d'étude.


LES FACTEURS PRONOSTIQUES VALIDÉS

Au-delà du stade TNM, en cas de maladie non métastatique, les facteurs suivants sont considérés comme très importants, pour évaluer le pronostic de la maladie (absence de récidive et survie globale) et déterminer la stratégie thérapeutique 

  • La taille de la tumeur : < 1 cm et > 1 cm
  • L’envahissement ganglionnaire histologique et le nombre de ganglions touchés
  • Le grade pathologique de la tumeur (biopsie ou lors de l’opération) : sbr 1, 2 ou 3,
  • La présence ou l’absence de récepteurs hormonaux (RH° ; leur présence, œstrogènes (ER+) et progestérone (PR+) est de meilleur pronostic
  • Une surexpression du récepteur HER 2

 


MISE À JOUR

Mardi 17 Février 2009


Clic VOIR LE SITE

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 15:02

 

logoInfCancer

 

POURQUOI DEFINIR UN STADE ?

L'évaluation précise du stade d'évolution d'un cancer nécessite un ensemble d'examens permettant d'évaluer l'étendue de la maladie. Elle a trois objectifs :

  • Thérapeutique : permettre d'établir le traitement le plus adéquat pour le patient.
  • Pronostique : tenter de prévoir l’évolution de la maladie.
  • Prospectif : aider de futures patientes en répertoriant votre réponse au traitement et en la comparant aux réponses d'autres traitements à un même stade du même cancer. Ceci est nécessaire pour que les médecins puissent déterminer quel traitement donne les meilleurs résultats selon les patients et les cancers, de façon à écarter les traitements donnant les réponses les moins performantes.

 


COMMENT EVALUER LE STADE ?


LE PRINCIPE

C'est un code standard international à travers lequel les équipes de cancérologie décrivent l'extension d'un cancer.
Le système appliqué est le système TNM de l'American Joint Committe on Cancer 

  • La lettre T (Tumeur) : suivie d'un chiffre allant de 0 à 4 décrit la taille de la tumeur et son extension à la peau ou à la paroi du thorax sous le sein. Par exemple, les tumeurs classifiées T4 sont les plus importantes et sont étendues aux tissus entourant la glande du sein.
  • La lettre N (ganglion) (Node en anglais) : suivie d'un chiffre allant de 0 à 3 indique si le cancer s'est étendu aux ganglions lymphatiques situés près du sein sous l’aisselle et, si c'est le cas, si les ganglions touchés sont fixés à d'autres structures anatomiques.
  • La lettre M (Métastase) : suivie d'un 0 ou d'un 1 indique si le cancer s'est étendu ou non à des organes distants (s'il a métastasé par exemple dans les poumons ou dans les os) ou aux ganglions lymphatiques qui ne sont pas près du sein comme ceux situés au-dessus de la clavicule.


DEUX NIVEAUX DE CLASSIFICATION

Les valeurs attribuées par le système TNM peuvent évoluer en fonction du fait qu'elles sont déterminées ou non par l'étude anatomopathologique de la tumeur.

  • Le stade clinique pré-thérapeutique, représente l’évaluation du stade avant le traitement. Il est désigné par cTNM  (c : aspect à l’examen clinique)
  • Le stade anatomopathologique et/ou post-chirurgical est déterminé après l’intervention chirurgicale. Il est dénommé parpTNM  (p : aspect au microscope en anatomo-pathologie). L’estimation du pronostic est meilleure avec le pTNM qu’avec le cTNM.

 


LA CLASSIFICATION TNM (2002)

La 6ème classification TNM, publiée en octobre 2002, a précisé la cotation des ganglions. Sans entrer dans les détails, les modifications principales portent sur les caractéristiques de (pN).

  • pN0 est dorénavant subdivisé en deux : 
    • pN0(i-) ou (i+) ; i, pour technique d’immunofluorescence
    • pN0 (mol-) ou (mol+) ; mol, pour étude moléculaire
  •  

     

  • pN1 est subdivisé en pN1a, pN1b et pN1c
  • pN2 comprend pN2a et pN2b
  • pN3 est subdivisé en trois : pN3a, pN3b et pN3c.

Le tableau, ci-dessous présente les définitions utilisées pour cette nouvelle classification.


TUMEUR T GANGLION N MÉTASTASES M
Tx : la tumeur ne peut pas être évaluée 
T0 : pas de preuve de tumeur primaire 
Tis : carcinome in situ, DCIS ou LCIS 
Tis maladie de Paget du sein sans masse tumorale 
T1 : dans sa plus grande dimension 
- T1mic : micro-invasion < 0.1 cm 
- T1a : de 0,1 à 0,5 cm 
- T1b 0,5 à 1 cm 
- T1c 1 à 2 cm 
T2 2 à 5 cm 
T3 > 5 cm 
T4 toute taille avec extension à la paroi du thorax (a) ou à la peau (b) 
- T4a extension à la paroi thoracique 
- T4b : œdème avec peau d’orange 
T4c 4a + 4b 
T4d carcinome inflammatoire
Nx : La présence ou l'absence de ganglions ne peut être évaluée à l’examen médical (ex : déjà enlevés) 
N0 : absence de métastase dans les ganglions régionaux 
N1 : ganglions axillaires mobiles du même côté que le cancer 
N2 : ganglions fixés les uns aux autres ou aux tissus avoisinants 
- N2a : ganglions axillaires fixés 
- N2b : ganglions mammaires internes apparents sans ganglions axillaires 
N3 : ganglions sous-claviculaires ou mammaires internes avec présence de ganglions axillaires ou sus claviculaire 
N3a : ganglions sous-claviculaires et axillaires 
N3b : ganglions mammaires internes avec ganglions axillaires 
N3c : ganglions sus-claviculaires
Mx : La présence de métastases à distance ne peut être évaluée 
M0 : Pas de métastases à distance 
M1 : Métastases à distance (cellules tumorales dans les ganglions sus-claviculaires = métastase)

LES STADES

Les caractéristiques de taille de la tumeur, de présence ou non d’une atteinte ganglionnaire ou de métastases, classées selon la classification T.N.M., peuvent être regroupées en un petit nombre de stades.

Les stades sont exprimés par un chiffre allant de 0, pour le stade le moins avancé à IV, pour les formes plus avancées.

 


  • AU STADE « I »

AU STADE « I »

 

  • La tumeur a 2 cm de diamètre ou moins (T1)
  • La tumeur ne semble pas s'être étendue au-delà des limites du sein
  • Aucun ganglion n’est touché (N0)
  • Il n’y a pas de métastase à distance (M0)

 


  • AU STADE « II »

AU STADE « II »

 

  • La tumeur a plus de 2 cm de diamètre et moins de 5 cm (T2) et/ou elle s'est étendue aux ganglions lymphatiques dans l’aisselle du même côté du cancer du sein (N1).
  • Les ganglions lymphatiques ne sont pas collés (fixés) les uns aux autres. Ils n’adhèrent pas aux tissus avoisinants.

 


  • AU STADE « III »

AU STADE « III »

 

  • Soit la taille de la tumeur a plus de 5 cm de diamètre, soit la tumeur s'est étendue à des ganglions lymphatiques de l'aisselle qui sont collés les uns aux autres ou sont fixés aux tissus avoisinants.
  • La tumeur, quelque soit sa taille, s’est étendue à la peau, à la paroi du thorax ou aux ganglions lymphatiques mammaires internes (situés derrière le sternum).
  • Il n'ya pas de signes d'extension aux organes à distance, ni aux ganglions lymphatiques éloignés du sein comme ceux situés sous la clavicule (M0).
  • Le cancer du sein inflammatoire est classé au stade III, sauf s'il s'est étendu aux organes à distance ou aux ganglions lymphatiques éloignés du sein (stade IV).

 


LE STADE « IV »

 

  • Le cancer, sans considération de la taille de la tumeur (T1 à T4), a métastasé dans des organes distants comme les os, les poumons ou les ganglions lymphatiques éloignés du sein.
  • Les différentes caractéristiques des stades sont résumées dans le tableau récapitulatif ci-dessous.

 


STADE TUMEUR (T) GANGLIONS (N) Métastase (M)
0 Tis N0 M0
I T1 N0 M0
IIA 
T0 
T1 
T2
N1 
N1 
N0


M0
IIB T2 
T3
N1 
N0


M0
IIIA 
T0 
T1 
T2 
T3 
T3
N2 
N2 
N2 
N1 
N2


M0
IIIB 

T4 
T4 
T4
N0 
N1 
N2


M0
IIIC Tous T N3 M0
IV Tous T Tous N M1

MISE À JOUR

2 novembre 2012

 

ClicVOIR LE SITE

Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:15

 

 

logoInfCancer

 

 

Souvent...

LE CARCINOME CANALAIRE

Le carcinome canalaire invasif (CCI ) représente 80 % des cancers du sein invasifs.
Il débute dans le canal galactophore. À un stade plus avancé il s'étend au-delà des canaux galactophores et à tendance à envahir les tissus environnants.
Dès ce stade, il peut métastaser, c’est-à-dire s'étendre à d'autres parties du corps, par le système lymphatique et le flux sanguin et devenir une maladie systémique.

LE CARCINOME LOBULAIRE

Le carcinome lobulaire invasif (CLI ), représente 10 % des cancers du sein.
Il débute dans les cellules des glandes produisant le lait.Ce type de cancer peut s'étendre (métastaser) à d'autres parties du corps.
Le carcinome lobulaire invasif peut être plus difficile à détecter par la mammographie que le carcinome canalaire invasif.

 

PLUS RAREMENT, LE CARCINOME ...

MÉDULLAIRE

Il représente environ 5 % des cancers du sein. Il est très rare après 70 ans.
Le pronostic de ce type de cancer du sein est meilleur que celui des autres types de cancers invasifs.


MUCINEUX OU COLLOÏDE

Ce type rare de cancer du sein invasif se développe à partir des cellules produisant du mucus. Il est plus fréquent chez la femme âgée.
Son pronostic est meilleur que celui des types de cancers du sein invasifs plus communs.


TUBULAIRE

C'est un type particulier de carcinome du sein invasif qui représente environ 2% de tous les cancers du sein.
Il a un meilleur pronostic que les carcinomes invasifs plus communs.

 

Très rarement ...

LA MALADIE DE PAGET DU SEIN

Sir James Paget (1814-1899)

Le nom donné à la maladie est celui d'un chirurgien et un anatomo-pathologiste britannique

En bref...

C'est un type rare de cancer du sein représentant moins d’un pour cent de tous les cas. Il se voit surtout chez la femme âgée.

Il commence dans les canaux galactophores et s'étend à la peau du mamelon puis à l'aréole (cercle sombre autour du mamelon). La peau du mamelon et de l'aréole est squameuse, avec des croûtes et des rougeurs et présente des zones de saignements et de suintements. La femme peut ressentir des brûlures et des picotements.
La maladie de Paget du sein peut être associée à un carcinome in situ ou à un carcinome invasif du sein. Si l'on ne décèle pas de masse dans les glandes mammaires et que la biopsie montre un cancer in situ , le pronostic est excellent.

LA TUMEUR PHYLLODE

Elle est aussi appelée cancer encephaloïde. Ce type très rare de tumeur du sein se forme à partir du stroma (tissu conjonctif) du sein, par opposition aux carcinomes qui se développent à partir des canaux ou des lobules.
Les tumeurs phyllodes sont généralement bénignes mais dans de très rares cas elles peuvent être malignes (pouvant potentiellement métastaser).
LE CANCER DU SEIN INFLAMMATOIRE

De quoi s’agit-il ?

Ce type rare de cancer représente moins de 5 % de tous les cancers du sein. Il se voit plus fréquemment chez la femme jeune.

Dans ce cas, la peau du sein est rouge et chaude, comme si le sein était infecté (pseudo abcès). La peau en regard de la tumeur est épaisse et fripée, décrite par les médecins comme une « peau d'orange ». Ces modifications ne sont pas dues à une inflammation mais ce sont, en fait, les cellules cancéreuses qui provoquent ces symptômes en bloquant les canaux lymphatiques sous la peau du sein.

Son profil biologique

Ces cancers ont, le plus souvent, les caractéristiques biologiques suivantes :


  • Une augmentation de mucine MUC1, à l’examen anatomopathologique
  • Ils surexpriment, souvent
    • Les récepteurs HER2 et HER3
    • Le RhoC,
  •  

  • Ils n’expriment pas
    • Les récepteurs hormonaux aux œstrogènes, ER négatif
    • Le gène suppresseur de tumeur, LIBC ( L ost in I nflammatory B reast C ancer ).
  •  


Sa prise en charge


C’est un cancer plus agressif qui implique la mise en œuvre de thérapeutiques lourdes et spécifiques à ce type de maladie.

Mise à jour

11 janvier 2011

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:07

 

 

logoInfCancer

 

QUE VEUT DIRE in situ ?

Le terme in situ désigne un stade précoce de cancer lorsque celui-ci est confiné à la zone immédiate où il a commencé.

Pour les cancers du sein, in situ signifie que le cancer reste confiné aux canaux, pour le carcinome canalaire in situ ou aux lobules, pour le carcinome lobulaire in situ.

A ce stade, le cancer n'a pas envahi les tissus adjacents. Il ne s'est pas étendu aux autres organes.

Le carcinome in situ est donc un stade d'évolution intermédiaire entre l'hyperplasie atypique des cellules du sein, qui est bénigne, et le cancer invasif qui comporte un risque d'extension en dehors du sein.

 

LE CARCINOME CANALAIRE in situ (CCIS)

UN DES SUCCÈS DU DÉPISTAGE...

Avant l’instauration du dépistage par la mammographie, le diagnostic de carcinome canalaire in situ ne représentait que 2 % des diagnostics de cancer mammaire. Actuellement, environ 20 % des cancers du sein sont diagnostiqués au stade pré-invasif...
UN CANCER NON INVASIF...

Le carcinome canalaire in situ (CCIS) du sein est considéré comme un précurseur direct du cancer mammaire invasif. Il est aussi connu sous l’acronyme DCIS pour (Ductal Carcinoma In Situ) .
Il se développe à partir du tissu (épithélium) du canal galactophore, canal évacuant le lait produit par la glande mammaire.
C'est, encore, un cancer du sein non invasif car les cellules cancéreuses restent confinées à l'intérieur des canaux et n'envahissent pas le tissu graisseux adjacent.
Le carcinome canalaire in situ est classé par les anatomopathologistes selon son grade histologique, sbr, et, en fonction de son architecture prédominante, en CCIS micro-papillaire, cribriforme, solide, papillaire et comédocarcinome.

UN PRONOSTIC EXCELLENT ...

A ce stade, plus de 95 % des femmes, chez qui ce diagnostic a été porté et qui ont été traitées, peuvent être guéries. Cependant, non traité, ce cancer non invasif à tendance à progresser vers une forme invasive plus fréquemment et plus rapidement vers un carcinome in situ de haut grade.


LE CARCINOME LOBULAIRE in situ (CLIS)

UN CANCER NON INVASIF...

Le carcinome lobulaire in situ (CLIS) est aussi appelé cancer intralobulaire, dont l’acronyme anglais, souvent utilisé, est LCIS pour  (L obular C arcinoma in situ ).

SON PRONOSTIC EST EXCELLENT...

Les spécialistes s'accordent pour proposer une surveillance régulière devant une biopsie ayant mis en évidence un CLIS. Soixante-dix pour cent des patientes ne développeront pas de cancer infiltrant et cette attitude évitera une chirurgie mutilante.
Cette option suppose votre consentement éclairé pour participer à un programme de surveillance à vie et d'accepter, au moindre doute, une biopsie.

 

 

 

CARCINOME CANALAIRE in situ CARCINOME LOBULAIRE in situ
Masse à l'examen
Découverte sur une mammographie
Non palpable
Découverte fortuite à la biopsie
Après la ménopause (51 à 59 ans), le plus souvent Avant la ménopause
Des microcalcifications dans plus de 70% des cas à la mammographie Difficilement identifiable à la mammographie (intérêt de l’IRM à confirmer)
Traitement : celui d'un cancer du sein. Traitement : observation ou ablation de la tumeur

 

 

Mise à jour

14 février 2011

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 17:49

 

 

Conférence Hémopathies malignes 23 mai à Marseille

 

 

Catherine Bordala

Accompagnatrice en santé des ERI AP-HM

ERI de l'Hôpital Nord (Pavillon Mistral)

tél: 04 91 96 84 24

Chemin des Bourrely

13015 Marseille

Email: eri@ap-hm.fr

Site web: www.ap-hm.fr/eri

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 17:12

 

Journee-de-DAM-S-Dimanche-13-mai-BRON.PNG

 

 

Journée de DAM'S Dimanche 13 mai BRON 2

 

 

Journee-de-DAM-S-Dimanche-13-mai-BRON-3.PNG

 

 

 

 Plus d'information sur l'Association DAM'S :

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 10:40

 

 

Le COLLECTIFK organise les 25 et 26 juin 2012



Au Palais des Arts de VANNES (Golfe du Morbihan)

de 8H30 à 17H

PARTICIPATION GRATUITE


 

258ea1b5.gif

 

 

 

 

L’Association Essentielles fait partie du  COLLECTIFK.

 

Le  COLLECTIFK  c’est une Association regroupant 14 Associations :

 


 

AMAZONES CANCER                                           62110 HENIN-BEAUMONT

ATELIER DE L’EMBELLIE                                 75012 PARIS

AU SEIN DES FEMMES                                      33000 BORDEAUX

AVA                                                                         11400 CASTELNAUDARY

AVACS                                                                    77100 MAREUIL LES MEAUX

CAMI Sport & Cancer                                            92200 NEUILLY/SEINE

COURIR POUR ELLES                                          69007 LYON

EMERAUDE                                                            59962 CROIX

ENTRAIDE CANCER DU SEIN                            03113   MONTLUCON

ETINCELLE LANGUEDOC-ROUSSILLON         34000 MONTPELLIER

LES ENCHANTEUSES                                             17100 SAINTES

LES ESSENTIELLES                                                 26260 MARGES

Association RESSOURCE                                          13851 AIX EN PROVENCE

SYMPHONIE 17                                                         17137 NIEUL/MER

 



13c9c95e.gif

 


Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 08:08

 

 

logoInfCancer

 

 

QUELQUES PRECISIONS SUR LES TERMES...

 

mammographie-0289207

La mammographie

C'est une technique d'imagerie médicale qui permet d'obtenir une image de la structure interne du sein par rayons X.

Les rayons X permettent de déceler de minuscules lésions avant les autres méthodes, y compris l'autopalpation des seins.
Elle est réalisée à l'aide d'un appareil spécial de radiographie qui permet de prendre facilement des photos des seins.
C'est un examen totalement indolore et de courte durée, sans aucune contre-indication.
 
La mammographie de « diagnostic »

Elle est proposée par le médecin pour diagnostiquer une maladie, du ou des seins, chez les femmes qui présentent des symptômes ou qui ont découvert "une boule".
 
La mammographie de « dépistage »

Elle est utilisée pour détecter une éventuelle maladie du sein chez les femmes ne présentant pas de symptômes (asymptomatiques).

 

 

NE MANQUEZ PAS LA MAMMOGRAPHIE DE DEPISTAGE QUI VOUS AI PROPOSEE GRATUITEMENT...

LE DÉPISTAGE ORGANISÉ

Vous êtes âgée de 50 à 74 ans


Une invitation pour passer une mammographie de dépistage vous sera adressée tous les deux ans. 

  mammo-2

Comment ?

Cet examen est gratuit chez les radiologues agréés dont vous trouverez le nom et l’adresse au dos de l’invitation. Il faut savoir que ces médecins ont suivi une formation spécifique et que leur matériel est performant et agréé.

Lors de cet examen, vous verrez le médecin radiologue qui vous posera quelques questions et examinera vos seins. On fera deux clichés par sein.

 

 

 

radiol-machine-3.jpg

 

 

Les résultats...

Le radiologue vous dira verbalement le résultat qui sera transmis à votre médecin traitant. Il faut savoir que les clichés sont lus deux fois, et parfois trois fois s’il apparaît une divergence sur l’interprétation.
Vous pourrez avoir vos clichés dans environ un mois. N’oubliez pas de les récupérer !

 
VOUS AVEZ MOINS DE 50 ANS

Vous n’êtes pas concernée par le dépistage organisé.
Votre médecin ou votre gynécologue, s'il le juge utile, peut vous proposé une mammographie de dépistage.
Cet examen est, alors, remboursé par la Sécurité Sociale et les mutuelles.

 

 

La mammographie de dépistage...
  • Diagnostique 90 % de cancers du sein
  • Réduit le risque de décès par cancer du sein de 26 % !
  • Est associée à un risque de sur-diagnostic et de sur-traitement évalué à 10 % des cancers de sein

 

 

Les rayons utilisés pour la mammographie peuvent contribuer au développement d'un cancer du sein.

Ce n'est pas totalement faux ce qui explique les restrictions actuelles en matière de mammographie de dépistage chez les femmes jeunes.
Les études épidémiologiques estiment le risque à 86 cancers et 11 décès pour 100 000 femmes dépistées annuellement entre 40 et 55 ans et tous les deux ensuite.
Dans ce cas le rapport bénéfice/ risque est de 4,5:1 pour les vies sauvées par le dépistages et 9,5:1 pour les années de vie sauvées.

 

Mise à jour

5 octobre 2011

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 08:39

 

logoInfCancer

 

C'EST UNE ETAPE IMPORTANTE !

EN FONCTION DE LA TUMEUR

La tumeur est non palpable


Le plus souvent, aucun bilan d’extension n’est fait avant la chirurgie.
Après la chirurgie, en cas de carcinome canalaire in situ (Ccis) aucun bilan n’est réalisé. En cas de carcinome canalaire infiltrant, le bilan d’extension sera fonction des paramètres pronostiques histologiques et biologiques.


La tumeur est palpable et opérable

Si elle mesure moins de 3 cm, on vous demandera une simple radiographie pulmonaire.

Dans les autres cas

Pour les tumeurs de plus de 3 cm ou localement évoluées ou inflammatoires ou associées à des adénopathies axillaires fixées, un bilan d’extension complet se justifie. Dans ce cas, il comportera, le plus souvent, une radiographie pulmonaire, u ne échographie abdominale et une scintigraphie osseuse.

QUEL BILAN ?

Il est alors effectué avant de débuter tout traitement et  il comprend, les dosages suivants :

  • Un hémogramme (NFS)
  • Un bilan hépatique comprenant le dosage des phosphatases alcalines, gamma GT, des 5' nucléotidases
  • Un ionogramme sanguin, comprenant, en particulier la calcémie


C’est, à cette occasion, qu’un dosage de ces marqueurs tumoraux, comme le « CA15-3 », pourra être demandé ou plus rarement l’ACE.

 

 

Je n’ai pas de prise de sang à faire….

Votre médecin ne vous prescrira pas systématiquement des prises de sang, lors de la première consultation. Elles seront demandées selon les résultats des autres examens, clinique, radiologique et surtout anatomo-pathologique et en fonction des traitements envisagés. 

 

Mise à jour

14 février 2011


Partager cet article
Repost0

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum