Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 13:47

  Mercredi, 29 Février 2012

http://www.lecancer.f

 

COMPIÈGNE, POLYCLINIQUE SAINT-COME.

 

Cet appareil, un mammotome, très peu développé encore en France, permet de diagnostiquer plus rapidement un éventuel cancer du sein. Il réalise une macrobiopsie en moins d’une demi-heure, sous anesthésie locale. Les résultats des prélèvements sont ensuite disponibles une semaine après.

Il constitue une avancée considérable dans le domaine de la détection des cancers du sein, et pourtant ce nouvel équipement est encore rare. Ce « mammotome » est en effet déjà en service à l’institut Curie de Paris ou encore au CHU d’Amiens (Somme). Dans l’Oise, c’est la polyclinique Saint-Côme de Compiègne qui vient de se doter de cet appareil dont le fonctionnement fait largement appel à la technologie de pointe. 

 

L’annonce de la présence de « taches » sur une radio ou une mammographie suscite bien évidemment l’inquiétude chez une femme. Mais pour confirmer ou infirmer un diagnostic de cellules cancéreuses, il convient de procéder à un prélèvement et, jusqu’ici, cet acte passait obligatoirement par la chirurgie, ce qui impliquait du même coup une anesthésie générale et imposait un temps de convalescence. Si la suspicion de cancer se confirmait, la patiente subissait alors une nouvelle intervention. 
L’utilisation de ce mammotome change bien des choses. Il permet de réaliser une macrobiopsie en moins d’une demi-heure, la patiente ne subissant qu’une anesthésie locale. Cette dernière peut repartir en fin de journée et, de surcroît, le diagnostic se fait plus précis. Ce mammotome est à la fois d’une fiabilité exemplaire et d’une précision quasi absolue. La zone du sein où doit se faire le prélèvement est observée en profondeur par deux capteurs disposés selon un angle de 15 degrés. « Cela permet de réaliser une sorte d’image stéréoscopique, et ainsi de prélever la partie pouvant être cancéreuse avec une précision de l’ordre du millimètre », explique le Dr Michel Carteret, du service radiologie de la polyclinique Saint-Côme. 
Pour lui, l’utilisation de cet équipement apporte un vrai plus : « L’acte est beaucoup plus léger qu’une intervention chirurgicale, et la précision et la qualité des prélèvements permettent aux spécialistes de dresser un diagnostic avec pratiquement 100% de fiabilité. Ce qui permet également de réduire le délai moyen entre la détection d’un cancer et l’intervention à trente-cinq jours contre quarante-quatre jours, intervalle habituellement observé. »

 
L’utilisation du mammotome est simple, du côté de la patiente. Cette dernière demeure allongée sur le ventre et le sein est bloqué pour une observation radiologique et une intervention sans erreur. Sous anesthésie locale on pratique une incision de trois à quatre millimètres, afin d’introduire une aiguille cylindrique dont l’extrémité possède un réceptacle qui va recueillir le tissu suspect, « capturé » par aspiration. La cicatrice est minime et ne nécessite pas la pose de points de suture. Une semaine après l’examen, la patiente peut prendre connaissance des résultats de l’observation des prélèvements réalisés.
Le cancer demeure l’une des principales causes de mortalité féminine. Chaque année, ce sont près de cinquante mille cas de cancer du sein qui sont détectés en France et, chaque heure, il fait une victime. « Un terrible bilan contre lequel la meilleure arme reste la détection précoce », confirme un médecin. 

 

- Art. extrait : www.leparisien.fr

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum