Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 09:47

Leslie est une jeune infirmière qui se retrouve désormais « de l'autre côté de la barrière » en tant que patiente. Elle a donc décidé de partager ces deux différentes expériences sur son blog.

 Son billet du jour est consacré au Port-a-cath (PAC) ou chambre implantable.

chambre implantable témoignage d'une patiente infirmière

Le Port-a-Cath : la pose, les complications, la ponction, le quotidien

Lorsque l’on doit avoir une chimiothérapie anticancéreuse par voie intraveineuse, il est conseillé de se faire poser un PAC (prononcez « pack », oui comme pour la bière). Pourquoi, comment et à quoi cela sert, c’est ce que je vais essayer d’expliquer.

Qu’est ce qu'un PAC et de quoi a-t-il l'air ?

C’est l’une des formes de cathéter de voie centrale. Il se présente sous la forme d'un petit boîtier qui sera mis sous la peau et relié à un cathéter placé dans une veine (jugulaire ou sous clavière) rejoignant la veine cave supérieure (grosse veine atteignant le cœur).

Pourquoi doit-on en avoir un ?

Pour plusieurs raisons :

  • les produits de chimiothérapie sont des produits « agressifs » et leur injection répétée dans les veines des bras (veines périphériques) qui sont plus fines et plus fragiles que les vaisseaux centraux (plus gros et plus profonds) finiraient par les abîmer ;
  • une fois ce cathéter mis en place, il va le rester jusqu’au moment où on n’en aura plus besoin. Lors des cures de chimiothérapie, l’infirmier(e) aura simplement à piquer dedans, ce qui évite les traumatismes des veines du bras si on avait à piquer dedans à chaque cure.

Le Port-a-Cath en vidéo

Comment se passe la pose du PAC ?

C’est un chirurgien qui pose le PAC au bloc opératoire, la plupart du temps sous anesthésie locale. Pour certaines personnes il peut être conseillé de le faire sous anesthésie générale. Dans ce cas, une courte hospitalisation peut être nécessaire afin de surveiller les risques liés à l’anesthésie. La veille de la pose, il peut être demandé au patient de prendre une douche antiseptique à son domicile. Le jour J, le patient doit de nouveau prendre une douche antiseptique chez lui ou au sein de l'établissement (selon le protocole). Si le patient dispose de traitements particuliers, le médecin a dû indiquer au préalable s'ils doivent être pris ou non. Selon le protocole de l’établissement il peut être demandé au patient d’être à jeun quelques heures avant le geste, mais en général, comme il s’agit d’une anesthésie locale, ce n’est pas nécessaire.

La pose du PAC effectuée sous anesthésie locale permet d’être réalisée en ambulatoire. Le patient arrive le matin (ou la veille selon les établissements). Viennent ensuite les formalités administratives puis la préparation en chambre (prise des paramètres : tension, pulsations, température, douche antiseptique si non faite à domicile, dépilation du torse si nécessaire, tenue…). Puis, il passe au bloc pour environ 30 minutes/1 heure. Enfin, le patient retourne en chambre et, dès que tout est bon après une courte surveillance et accord du chirurgien, il peut rentrer chez lui. Au bloc, je me souviens avoir senti les piqûres d’anesthésie mais une fois que le produit a agi, je ne ressentais plus que les sensations sans la douleur. En fin d’opération, on vérifie que le cathéter est bien en place avec une radio du thorax.

Le patient aura normalement 2 petites plaies : une qui a servi à l’insertion du cathéter dans la veine et une plus grande au niveau de l’insertion du boîtier sous la peau. Là encore, selon les protocoles, le patient aura soit des fils résorbables ou à faire retirer par un(e) infirmier(e), soit de la colle biologique (et dans ce cas là, il n’y a rien de particulier à faire). L’infirmier expliquera selon le cas comment doit être refait le pansement et au bout de combien de temps s’enlèvent les fils. Personnellement j’ai eu de la colle biologique avec un pansement en spray par dessus et j’ai trouvé ça vraiment bien. Il n’y a pas de pansement à refaire, la pellicule finit par s’enlever au bout de 6 à 7 jours et au niveau de la cicatrice, j'ai juste un trait tout fin.

Quelles sont les complications possibles au niveau du PAC ?

Les complications sont RARES, mais voici celles qui peuvent arriver « le plus souvent » à  la suite de l’intervention :

  • présence d’un hématome : souvent sans gravité, il suffit de le surveiller mais normalement il disparaît après quelques jours ;
  • pneumothorax : écoulement d’air dans la cavité pleurale. S'il est faible, une simple surveillance sera effectuée. S'il est plus important, un drain sera mis en place pour évacuer l’air pendant plusieurs jours ;
  • mauvaise position du cathéter : détectée à la radio de vérification faite au bloc, le repositionnement se fait directement par le chirurgien ;
  • infection : surveiller l’absence de frissons, fièvre, de rougeur ou d’écoulement au niveau des plaies… En cas de problème, le patient doit contacter immédiatement son médecin.

Des complications ultérieures peuvent également survenir :

  • obstruction du cathéter : le cathéter peut se boucher (à cause des médicaments injectés et mal « rincés », d’un caillot de sang…). Dans ce cas, les médecins tenteront de le déboucher, mais si cela ne fonctionne pas, il faudra le changer ;
  • infection : elle peut être locale (simplement au niveau de la peau ou du boîtier) mais elle risque de s'engager dans la voie centrale et de devenir une infection généralisée (septicémie). En plus de bonnes règles d’hygiène, il faut aussi surveiller l’absence de rougeur, douleur ou gonflement au niveau du boîtier, ainsi que la présence de fièvre, frissons… ;
  • extravasation  : cela arrive pendant que la perfusion est en train de couler. Le produit de chimiothérapie, au lieu de couler dans la veine, s’infiltre dans les tissus environnants. Cela peut être dû à une désunion entre le boîtier et le cathéter, une mauvaise ponction ou au déplacement de l’aiguille. Si c’est pris en charge rapidement, il peut n’en résulter qu’un gonflement douloureux et rouge. Mais, si l’écoulement est plus important, cela peut aller jusqu’à la nécrose (mort) des tissus.

La ponction dans le PAC

La ponction se fait de façon stérile, après une asepsie de la peau en quatre temps (nettoyage, rinçage, séchage, antiseptique). L'infirmier(e) pique dans le PAC à l’aide d’une aiguille de Huber (aiguille spéciale pour les chambres implantables). Lors du geste, l’infirmier(e) maintien le PAC pour qu’il ne bouge pas. Il/elle demande au patient de prendre une grande inspiration et de bloquer. A ce moment là il/elle pique bien au centre, perpendiculairement à la peau et bien au fond jusqu’à la « buttée » de l’aiguille. Il/elle s’assure que le produit passe correctement dans le cathéter, protège l’aiguille à l’aide d’une compresse et d’un pansement transparent, puis branche la perfusion. Une fois la perfusion terminée, l’infirmier(e) déconnecte la perfusion, retire le pansement, puis l’aiguille et laisse un petit pansement enlevable quelques heures plus tard.

Pour ma part au niveau des sensations : lorsqu’on pique, ça me fait aussi mal qu’une prise de sang et une fois que l’aiguille est bien en place, je la sens mais ce n’est pas douloureux. Lorsqu’on l’enlève je ne trouve pas ça douloureux non plus. Mais nous avons chacun notre sensibilité et notre tolérance. Si cela est douloureux, le médecin peut prescrire des patchs qui anesthésient la peau localement. Ils sont à poser une à deux heures avant le geste pour une efficacité optimale.

Le PAC au quotidien

Une fois la cicatrisation complète, on peut reprendre des bains, aller à la piscine, faire du sport (à part pour quelques exceptions comme les sports trop violents ou pouvant tirer sur le PAC (golf), ou la plongée pour des questions de pressions), et on ne sonne pas aux portiques (enfin normalement:) ). En gros le PAC ne change pas grand chose au quotidien. Son seul inconvénient, c’est qu’il peut être perçu par certain(e)s comme un « stigmate » de la maladie, surtout en été lorsque l’on porte des décolletés ou si l'on se promène en maillot de bain.

Pour ma part, je l’ai toujours assumé. Il faut dire aussi que j’ai toujours aimé ce qui touche aux modifications corporelles (tatouages, piercings…). Du coup, ça ne m’a pas dérangée plus que cela. En général, quand les gens me demandent « c’est quoi ça ? » en le pointant du doigt, je leur réponds simplement « j’ai un cancer et ça comme tu dis, c’est ce qui me permet d’avoir mes traitements de chimiothérapie ». Bon j’avoue ça met souvent les gens mal à l’aise sur le coup, mais ne dit-on pas que la curiosité est un vilain défaut ?

Mon PAC fait partie de moi pour le moment et même s’il déforme quelque peu mon corps, il est là pour me permettre de continuer à me battre. Je le vois comme une arme et non comme une faiblesse.

 

Lesliehttp://www.pink-loutre.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans CHIMIOTHERAPIE et EFFETS SECONDAIRES
commenter cet article

commentaires

belinda 07/01/2017 20:22

bonsoir ,il a 3 ans ,jais choper cancer colon t4 n1 m0 , a 36 ans ,apres opération chimio folfox , 12 séance ,mes le porte a catch des le premiers jour , jamais supporter , douleur intense ,douleur bras gauche ,et coup ,difficulté des foit a respirer quand douleur pendant une année , après multiple examen qui etait bon on me la retirer toute suite ce porte a catch , et après , depuis 2 année toujour des douleur qui et et part ,dans le brat cout et problème respiratoire quand sa fait trot mal que puije faire a part des anti douleur qui serve a rien ,et le doc qui dit je sais pas je comprend peut être un nert irriter

belinda 07/01/2017 20:21

bonsoir ,il a 3 ans ,jais choper cancer colon t4 n1 m0 , a 36 ans ,apres opération chimio folfox , 12 séance ,mes le porte a catch des le premiers jour , jamais supporter , douleur intense ,douleur bras gauche ,et coup ,difficulté des foit a respirer quand douleur pendant une année , après multiple examen qui etait bon on me la retirer toute suite ce porte a catch , et après , depuis 2 année toujour des douleur qui et et part ,dans le brat cout et problème respiratoire quand sa fait trot mal que puije faire a part des anti douleur qui serve a rien ,et le doc qui dit je sais pas je comprend peut être un nert irriter

régine 12/01/2016 20:30

merci de m'avoir donner plus d'explication sur ce qui m'attend. Aujourd'hui j'ai subi la pose du PAC sous annesthésie locale.
Si je n'ai pas senti de douleur concernant piqure pour annesthésier la pose. Lorsque la chirurgienne à insérer le tube, je me suis sentie très mal et j'ai même crié par deux fois ma gène (comme si le tuyau heurtait un organe interne). Mon corps s'est mis à trembler. L'infirmière m'a tenu la main en me demandant de la serrer très fort et de régler ma respiration jusqu'à ce que je retrouve une sérénité. enfin ça n'a plus durer longtemps mais en sortant j'avais des nausées, envie de dormir, de pleurer comme une petite fille honteuse de son comportement.... Suis-je vraiment duduche.... Et là j'ai l'impression d'avoir un tuyau qui se balade dans une veine près de ma gorge et j'ai peur de coincer ce tuyau et lorsque viendra le temps de la chimio, avoir tout démoli.

Mamazone 01/02/2017 16:41

Bonjour à tous, je suis nouvelle sur le site suite à un cancer annoncé le 9/12/16
On m'a posé suite à masectomie totale sein gauche et curage axilliaire une PAC côté droit lundi sous anesthésie générale. Le soir même j'ai eu des douleurs atroces dans l'épaule qui dure toujours ce jour. J'ai la main droite toujours glacée. Je souhaitais savoir si cela était normal ou pas. Moi aussi j'ai très peur de tous actes médicaux, et de ce fait j'ai été anesthésiée totalement. Mais toujours difficile de s'entendre dire que les douleurs sont dans la tête....Mon infirmière venue ce matin a été très surprise de voir comment cela avait été posé, et m'a dit tout de suite que ça allait me causer de grandes douleurs dans l'épaule avant que je ne parle de quoique ce soit, en effet la cicatrice est dans le sens vertical entre le bras et l'épaule or elle m'a dit que normalement ça se faisait dans le sens horizontal sur 2/3 cm or ma cicatrice fait au moins 7/8 cm... Est ce normal surtout ce symptôme de la main glacée ? Hier je faisais un peu de fièvre et quand j'ai appelé à la clinique, ils m'ont dit de prendre un doliprane et que je n'aurais plus rien. Certains médecins et chirurgiens sont supers par contre pour ma part, au niveau de l'anesthésiste et des infirmières de la salle de réveil aucune empathie, ni compassion, contrairement aux infirmières du service qui elles étaient très gentilles et n'ont pas compris le refus de l'anesthésiste de donner une prémédication vu mon stress,comme quoi partout il y a des gens plus sympas que d'autres. Je vis seule avec mon fils et cette main glacée m'inquiète et je ne trouve pas de réponse.......... Merci de m'aider, je cherche un peu de réconfort et d'entraide car je n'ai personne avec qui partager ces souffrances et craintes au quotidien, et je ne veus pas inquiéter mon fils.

un médecin 12/12/2016 19:27

Merci à cette infirmière de cette démo "in live".

Comme quoi nous sommes entourées des fées magnifiques capables de nous montrer leur courage et sens du partage. C'est pour elles et le personnel soignant que la politique de la santé doit être faite et pas pour les spéculateurs en soins médicaux.

juliette 09/12/2013 11:45

J'ai toujours mon port à cath...La semaine dernière, la toubib, lors de ma mammo de contrôle des 9 ans, m'a encore dit :
- vous n'avez pas encore fait enlever ce truc ?
- je le garde maintenant pas superstition.
Il est vrai que ce petit objet rend les séances de chimio beaucoup plus confortables.

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum