Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 11:00

europadonna france petit

Sources : Docteur Jean Masson - INCa
La reconstruction mammaire fait actuellement partie intégrante du traitement du cancer du sein. Elle doit être réalisée idéalement par des chirurgiens plasticiens connaissant tout particulièrement la chirurgie cancérologique du sein ainsi que tous les traitements médicaux carcinologiques.
Beaucoup de femmes y ont recours après une chirurgie mammaire non conservatrice (ou mastectomie). Une reconstruction est plus rarement nécessaire après une chirurgie conservatrice (ou tumorectomie) mais, même dans ce cas, vous pouvez en bénéficier, notamment lorsque les résultats esthétiques ne vous satisfont pas pleinement (différence de forme ou de volume trop marquée entre les deux seins ou déformation importante du sein traité).
La reconstruction mammaire est prise en charge à 100 % dans le cadre de l’ALD (affection longue durée) par l’assurance maladie. Cependant, certains établissements pratiquent des dépassements d’honoraire qui restent à votre charge. N’hésitez pas à vous renseigner avant l’intervention.
La reconstruction mammaire doit être évoquée dès la première consultation du cancérologue et doit être proposée à toutes les patientes.
La reconstruction mammaire permet de reconstruire le volume du sein manquant, de symétriser le sein contro-latéral et de reconstruire l’aréole et le mamelon. Il se peut que deux interventions soient nécessaires, avec un délai de trois mois entre les deux temps opératoires.
Chaque cancer est particulier et nécessite une reconstruction appropriée (immédiate ou différée, par implant ou par lambeau). Au cours de la consultation et après vous avoir examinée, le chirurgien vous explique la ou les techniques les mieux adaptées à votre situation. Un temps de réflexion vous est toujours proposé afin de vous familiariser avec les options proposées.

RECONSTRUCTION PAR PROTHÈSE ET RECONSTRUCTION PAR LAMBEAU


Il existe deux principales méthodes de reconstruction mammaire, parfois associées : la mise en place d’une prothèse interne (implant mammaire) et l’utilisation de tissus provenant d’autres parties du corps (reconstruction par lambeau). 
Le type de chirurgie reconstructive choisi dépend :
  • de l’étendue de la chirurgie du cancer et de la quantité de tissu retirée du sein ; 
  • des traitements complémentaires, comme la radiothérapie, qui peut engendrer des changements cutanés ; 
  • de la quantité de tissu disponible pour la reconstruction ; de la santé du tissu dans la région à reconstruire ; 
  • de la taille et de la forme de l’autre sein ; de votre état de santé général et de vos troubles de santé existants éventuels ; 
  • de votre constitution corporelle ; 
  • de vos préférences et de vos attentes.
De manière générale, 70 à 80 % des reconstructions sont effectuées par prothèse. L’alternative est le recours aux techniques de lambeaux musculo-cutanés.

RECONSTRUCTION PAR PROTHÈSES INTERNES


Pour reconstruire le volume mammaire, lorsque la peau est de bonne qualité, la méthode la plus simple est l’utilisation d’une prothèse.

Depuis janvier 2001, les prothèses utilisées sont des prothèses en gel de silicone, anatomiques, à bases larges et adaptées au volume du sein contro-latéral.
Les prothèses disponibles sur le marché, tant dans leur projection que dans leur bas et leur hauteur, permettent actuellement de s’adapter au mieux au volume du sein contro-latéral.
Ces prothèses sont positionnées idéalement en arrière du muscle grand pectoral. Pour les mettre en place, on utilisera toujours la cicatrice de mastectomie dans sa partie externe. Un drainage de courte durée est réalisé pour éviter la formation d’un hématome.
Les douleurs post-opératoires, qui peuvent parfois durer plusieurs semaines, sont dues à la position rétro-musculaire de la prothèse. Elles s’atténuent progressivement grâce à l’aide d’antalgiques.
Un soutien-gorge et une bande de contention sont prescrits pendant un mois pour maintenir la position idéale de l’implant et éviter son déplacement lors de la contraction du muscle grand pectoral.
La radiothérapie antérieure n’est pas une contre-indication à la mise en place d’un implant si la peau est de bonne qualité.
Un délai de six mois à un an après la fin de la radiothérapie est considéré comme raisonnable avant toute reconstruction mammaire.
Une rétraction péri-prothétique ou coque peut survenir dans un délai imprévisible post-opératoire pouvant aller d’un mois à 5 ou 10 ans après l’intervention chirurgicale.
Lorsque la rétraction est importante, le sein reconstruit devient dur, sphérique ou douloureux. Cette rétraction, ou coque péri-prothétique, est gênante dans 20 à 30 % des cas, pouvant justifier une reprise chirurgicale avec capsulotomie et éventuellement changement de prothèse.
Les prothèses texturées, utilisées en reconstruction mammaire semblent diminuer le nombre de coques.
Les ruptures de prothèse sont devenues rares, car les enveloppes des prothèses sont plus épaisses et les gels utilisés sont plus cohésifs. En cas de rupture d’une prothèse à forte cohésivité, la silicone reste in situ et ne diffuse pas en dehors du sein reconstruit.
Après la mise en place d’une prothèse, une fossette interne peut être décrite, avec un coup de hache inesthétique à l’union des quadrants internes du sein reconstruit lors de la contraction du muscle grand pectoral. Cette fossette interne peut être évitée en conservant les fibres les plus internes du muscle grand pectoral.
La mise en place d’une prothèse est la méthode la plus simple et la plus fréquemment pratiquée en reconstruction mammaire.
Elle nécessite une information pré-opératoire rigoureuse, un suivi clinique et radiologique régulier, la patiente étant informée que les prothèses ne sont jamais définitives et doivent être raisonnablement changées après un délai de 12 à 15 ans.



LE LAMBEAU DE GRAND DORSAL


Lorsque la peau est abîmée par la radiothérapie et que sa souplesse est insuffisante pour l’introduction d’une prothèse, un lambeau musculo-cutané de grand dorsal est le plus souvent utilisé.

Il peut être utilisé seul ou le plus souvent associé à une prothèse. Ce lambeau de réalisation simple est très utilisé en chirurgie plastique. Une cicatrice verticale est cachée sous le bras ou une cicatrice horizontale cachée dans le soutien-gorge est réalisée pour prélever ce lambeau de grand dorsal.
Cette cicatrice de prélèvement du muscle grand dorsal peut être de mauvaise qualité et notablement élargie lorsque la quantité de peau prélevée au niveau du dos est supérieure à 10 cm de large.
Les séquelles au niveau de la mobilité de l’épaule sont minimes voire inexistantes. Le retentissement sur la vie professionnelle est négligeable, l’activité sportive est conservée. Le lambeau de grand dorsal, avec ou sans prothèse, permet d’apporter des tissus bien vascularisés au niveau de la zone de mastectomie et permet une reconstruction de bonne qualité.
Ce lambeau, dont le prélèvement est techniquement facile et rapide, est largement utilisé en reconstruction mammaire. Dans certains cas, pour reconstruire le volume mammaire, lorsqu’une prothèse ne peut être utilisée seule et que le sein contro-latéral est d’un volume important avec une base large et ptosé, un lambeau de grand dorsal ne pourrait suffire à reconstruire le sein amputé.
Dans ce cas, si les conditions anatomiques abdominales le permettent, un lambeau de grand droit de l’abdomen peut être proposé.


LAMBEAU DE GRAND DROIT DE L'ABDOMEN


Un excès cutanéo-graisseux abdominal sous-ombilical, voire un abdomen en besace débordant le pubis, représentent les meilleures conditions pour réaliser ce type de reconstruction.

Le sein reconstruit avec des tissus autologues (un tissu ou de cellules provenant de son organisme à soi et administrés à soi) sans prothèse, présente l’avantage de vieillir de la même façon que le sein contro-latéral.
La cicatrice du prélèvement du lambeau de grand droit de l’abdomen (TRAM FLAP : Transverse Rectus Abdominis Muscle) se trouve idéalement dans la région sus-pubienne comme lors de la réalisation d’une plastie abdominale. Une cicatrice péri-ombilicale est associée.
L’intervention reste longue et lourde avec des risques thrombo-emboliques non négligeables.
Les séquelles au niveau de la paroi abdominale existent avec des risques d’éventration ou de voussure pariétale, malgré l’utilisation systématique d’une plaque synthétique de renfort musculaire abdominale.
Une nécrose partielle du lambeau est décrite dans certains cas, avec possibilité de réintervention chirurgicale vers le 10ème jour post-opératoire.
Pour diminuer ces risques au niveau de la paroi abdominale et les nécroses localisées du lambeau,un lambeau micro-chirurgical type DIEP (Deep Epigastric Inférior Perforator) peut être proposé.
Il s’agit d’un lambeau identique avec la même palette cutanéo-graisseuse mais sans aucun sacrifice musculaire abdominal, avec anastomose micro-chirurgicale des vaisseaux épigastriques inférieurs assurant la vascularisation de ce lambeau au niveau des vaisseaux de l’aisselle.
Si dans ce cas, la paroi abdominale est solide, sans utilisation de plaque synthétique et avec des risques de nécrose nettement diminués au niveau du lambeau, cette intervention est longue et peut durer entre 6 et 8 heures. Elle doit être réservée à des équipes chirurgicales entraînées, maîtrisant les techniques de micro-chirurgie.


PLASTIE MAMMAIRE DE SYMÉTRISATION


La plastie mammaire de symétrisation utilise toutes les techniques habituelles de plastie mammaire de réduction et de cure de ptose.
Des mammographies pré-opératoires du sein contro-latéral sont réalisées de façon systématique et les tissus glandulaires retirés sont adressés systématiquement en anatomopathologie.

RECONSTRUCTION ARÉOLE ET MAMELON


La reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire est idéalement réalisée à l’aide d’une greffe de peau totale prélevée au niveau du sillon génito-crural au niveau de la face interne de la cuisse, avec une cicatrice placée idéalement dans le pli génito-crural.

Le mamelon est réalisé avec un lambeau local cutané ou une greffe de mamelon contro-latéral si celui-ci est d’un volume suffisant.
Pour les patientes souhaitant une reconstruction simple de l’aréole et du mamelon sans prise de greffe, un tatouage peut être proposé. Celui-ci peut être réalisé en externe sans anesthésie avec un aspect moins naturel et une tendance à s’éclaircir plus ou moins rapidement.

LE POINT SUR LES PROTHÈSES P.I.P.

Prothèses mammaires: la Société française de sénologie s'efforce de rassurer les patientes

PARIS, 20 janvier 2012 (APM) - La Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM), s'est voulue rassurante sur les prothèses mammaires et a regretté que les femmes opérées pour un cancer du sein se privent de reconstruction.
"Il n'y a aucun argument en faveur d'un sur-risque de cancer du sein", soulignent le Dr Richard Villet (Groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon, Paris), président de la SFSPM et membre correspondant de l'Académie, le Dr Nathalie Bricout, chirurgien plasticien à Paris, le Dr Rémy Salmon, chef de service du département de chirurgie oncologique de l'Institut Curie (Paris), et le Dr Luc Ceugnart, radiologue au Centre Oscar Lambret à Lille.
Le problème des prothèses de la société PIP est le caractère irritant du silicone insuffisamment purifié qui a été utilisé et est inflammatoire en cas de fuite, ont-ils fait valoir. De plus, leur enveloppe étant plus fragile, ces prothèses s'usent en trois-quatre ans au lieu d'avoir une durée de vie moyenne de 10 ans, ce qui augmente le risque de fuite, a expliqué le Dr Bricout qui n'utilisait pas ces produits dans sa pratique ayant peu confiance en cet industriel qui avait déjà par le passé mis sur le marché deux produits "pas bons" ("des prothèses préremplies de sérum physiologique qui se sont rompues en trois ans et un hydrogel qui devenait liquide à 37°C").
… "Il n'existe pas de preuves d'un sur-risque de cancer du sein. Les cancers qui ont été décelés chez des porteuses de prothèses PIP viennent du fait qu'elles ont eu plus de mammographies et qu'à cette occasion, on a découvert des cancers", a estimé le Dr Salmon….

Lire l’intégralité du communiqué surle site APM NEWS, le site de l'ANSMet le site de l'INCa

Lire l'article sur le site de l' ARS

CONCLUSION

Chaque cancer est particulier et nécessite une reconstruction appropriée (immédiate ou différée, par implant ou par lambeau). Au cours de la consultation et après vous avoir examinée, le chirurgien vous explique la ou les techniques les mieux adaptées à votre situation. Un temps de réflexion vous est toujours proposé afin de vous familiariser avec les options proposées.

Si les traitements conservateurs ont beaucoup augmenté ces 10 dernières années, les indications de mastectomie restent encore fréquentes.
Les reconstructions après mastectomie sont de mieux en mieux codifiées.
Les reconstructions par prothèse, représentant 80% des reconstructions mammaires, donnent actuellement d’excellents résultats grâce au large choix de prothèses disponibles sur le marché. Les lambeaux musculo-cutanés, réalisés dans 20% des cas, sont réservés au cas ne pouvant bénéficier de prothèse.
Texte et photos extraits, avec son aimable autorisation, du site du Docteur Jean Masson.

 08/11/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans RECONSTRUCTION OU NON
commenter cet article

commentaires

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum