Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:00

europadonna france petit

La chirurgie est le traitement le plus anciennement utilisé pour soigner les cancers du sein. C’est un traitement standard.

La chirurgie du cancer du sein a quatre objectifs :
  • confirmer le diagnostic et préciser le stade d’évolution du cancer, notamment examiner si les ganglions ont été atteints par des cellules cancéreuses
  • enlever la tumeur
  • prélever et examiner certains ganglions
  • conserver ou restaurer la taille et la forme du sein après l’ablation de la tumeur ou de la totalité du sein

QUELLE CHIRURGIE AU NIVEAU DU SEIN ?

Deux types de chirurgie peuvent être pratiqués : une chirurgie conservatrice ou une mastectomie (mammectomie) totale.

La chirurgie conservatrice a pour but d’enlever la totalité de la tumeur sans enlever la totalité du sein. On parle aussi de tumorectomie, d’exérèse, ou encore de mastectomie partielle. La tumeur est enlevée avec une large marge de tissu autour d’elle. Cette marge de sécurité limite ainsi le risque de récidive. Le mamelon et l’aréole sont conservés (sauf pour certaines tumeurs, situées derrière le mamelon et l’aréole). Dans certains cas, l’analyse de la tumeur et du tissu autour d’elle montre que la marge de sécurité est insuffisante, le chirurgien est alors amené à proposer une seconde intervention. Elle est toujours associée à un examen des ganglions (voir « Le curage axillaire »).

Cette technique n’entraîne pas une déformation du sein trop importante.
marges_tumeur.png
La chirurgie conservatrice s’accompagne toujours d’une radiothérapie.

La mastectomie totale consiste à enlever la glande mammaire dans son intégralité y compris l’aréole et le mamelon. Après cette intervention, le chirurgien prescrit une prothèse mammaire externe. La reconstruction est possible environ un an après la fin du traitement de radiothérapie (voir « Qu’est-il possible de faire après une mastectomie ? »). Parfois, elle est réalisée en même temps que la mastectomie (reconstruction immédiate). La reconstruction est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Que ce soit en cas de mastectomie totale ou de chirurgie conservatrice, une partie des ganglions de l’aisselle est le plus souvent enlevée (voir « Le curage axillaire. Pourquoi? Comment ? »).

Chaque cancer est particulier et nécessite une chirurgie appropriée.

COMMENT DÉCIDER ?

La possibilité de réaliser une chirurgie conservatrice et d’obtenir un résultat esthétique satisfaisant dépend notamment de la taille de la tumeur et du volume du sein.

Pour des tumeurs du sein de moins de 5 centimètres, les études montrent que la mastectomie ou la chirurgie conservatrice accompagnée d’une radiothérapie ont la même efficacité : après plusieurs années, on ne constate ni plus ni moins de réapparition du cancer dans un cas comme dans l’autre. Les deux techniques offrent les mêmes chances de guérison. Chez la femme qui a une poitrine de petit volume, une mastectomie totale peut néanmoins être nécessaire. Une reconstruction permettra par la suite de retrouver le volume du sein.

Lorsque la tumeur est de taille plus importante, une mastectomie totale est souvent nécessaire.

Certaines situations ne permettent toutefois pas d’envisager une chirurgie conservatrice, la mastectomie est alors inévitable, on parle d’indications à la mastectomie.

Dans certains cas (tumeur dont la taille ne permet pas de traitement conservateur, par exemple), le médecin propose une chimiothérapie avant la chirurgie (appelée chimiothérapie néoadjuvante) afin de diminuer la taille de la tumeur et d’envisager par la suite une chirurgie conservatrice. Chez la patiente âgée, une hormonothérapie néoadjuvante est parfois proposée.

Après le bilan diagnostique, le chirurgien propose et explique à la patiente le ou les types de chirurgie les mieux adaptés à sa situation. Le choix du traitement prend également en compte le souhait de la patiente. La patiente a le temps de réfléchir et d’en discuter avec le chirurgien ou son médecin traitant.

Dans certaines situations, le choix du type de chirurgie n’est pas possible avant l’intervention, notamment lorsque la tumeur n’est pas palpable ou pas visible sur les mammographies. Le chirurgien informe la patiente systématiquement avant l’intervention de la nécessité d’adapter la chirurgie au cours de l’opération. C’est uniquement après avoir obtenu l’accord de la patiente que le chirurgien réalise l’opération.
Le chirurgien enlève alors la tumeur et fait réaliser immédiatement par l’anatomopathologiste (voir « Les professionnels au service du patient ») une première analyse au microscope, appelée examen extemporané. Les résultats de cet examen, reçus pendant l’opération, lui permettent de choisir la chirurgie la mieux adaptée à la situation (chirurgie conservatrice ou mastectomie). L’examen extemporané ne remplace pas l’examen anatomopathologique définitif systématiquement réalisé après l’opération (voir « Les prélèvements mammaires »).

Enfin, dans un nombre limité de cas, après une première chirurgie conservatrice, les résultats définitifs de l’examen anatomopathologique conduisent le chirurgien à proposer par la suite une mastectomie totale afin de compléter le traitement. Une mastectomie totale est toujours réalisée avec l’accord de la patiente.

LES PRINCIPALES INDICATIONS D’UNE MASTECTOMIE:

  • Plusieurs tumeurs dans le même sein.
  • Un cancer qui présente des signes d’inflammation d’abord traité par une chimiothérapie néoadjuvante.
  • Un cancer volumineux par rapport au volume du sein sans possibilité de faire une chimiothérapie néoadjuvante.
  • Une lésion susceptible de se transformer en cancer étendu.
  • Une récidive.
  • Une contre-indication à réaliser une radiothérapie (radiothérapie du thorax effectuée dans le passé)

À QUEL MOMENT LE CHOIX DE LA PATIENTE INTERVIENT-IL ?

Pour des tumeurs du sein de moins de 5 centimètres et si le volume du sein le permet, les études scientifiques montrent que les deux types de chirurgie (mastectomie ou chirurgie conservatrice accompagnée d’une radiothérapie) ont la même efficacité. Le chirurgien propose alors à la patiente de choisir le type de chirurgie dont elle souhaite bénéficier. Certaines patientes se sentent embarrassées face à la prise d’une telle décision et préfèrent s’en remettre au choix du chirurgien. D’autres, au contraire, sont très satisfaites de la possibilité qu’il leur est donné de participer activement au choix de leur traitement. Le chirurgien donne à la patiente toutes les informations nécessaires (effets secondaires, etc.) pour participer à cette décision. Un outil d’aide à la décision peut être utilisé par le médecin avec la patiente pour accompagner cette prise de décision de traitement. Un temps de réflexion est toujours laissé à la patiente. Sa famille peut l’aider à prendre cette décision si elle le souhaite.

« L’étape du choix du traitement est importante. Il ne faut pas se précipiter mais prendre le temps pour oser poser des questions »

« Nous avons choisi avec mon cancérologue le traitement le mieux adapté à ma situation »

Pour les patientes et anciennes patientes qui ont participé à la rédaction de ce document, la rémission et la guérison sont les résultats les plus importants de la chirurgie.

« La mastectomie est une épreuve difficile. J’ai eu besoin d’un soutien psychologique pour y faire face »

Des études scientifiques ont cherché à savoir ce que les patientes ressentaient après l’un ou l’autre type de chirurgie. Ces études montrent que la plupart des patientes qui ont eu une chirurgie conservatrice sont satisfaites des résultats esthétiques. Elles ont pu préserver leur sein et leur image corporelle et éviter ainsi le recours à une prothèse externe ou à une reconstruction du sein. En revanche, certaines se sentent angoissées à l’idée que le cancer puisse revenir.

« Grâce à la reconstruction de mon sein, j’ai pu retrouver confiance en moi »

Les patientes qui ont eu une mastectomie semblent moins s’inquiéter d’une éventuelle récidive du cancer. Cependant, certaines acceptent difficilement la perte de leur sein.

« J’ai beaucoup de mal à accepter la mastectomie, même si je sais que c’est le prix de la guérison »

QU’EN PENSENT LES PATIENTES ?

Pour les patientes et anciennes patientes qui ont participé à la rédaction de ce document, la rémission et la guérison sont les résultats les plus importants de la chirurgie.

« La mastectomie est une épreuve difficile. J’ai eu besoin d’un soutien psychologique pour y faire face »

Des études scientifiques ont cherché à savoir ce que les patientes ressentaient après l’un ou l’autre type de chirurgie. Ces études montrent que la plupart des patientes qui ont eu une chirurgie conservatrice sont satisfaites des résultats esthétiques. Elles ont pu préserver leur sein et leur image corporelle et éviter ainsi le recours à une prothèse externe ou à une reconstruction du sein. En revanche, certaines se sentent angoissées à l’idée que le cancer puisse revenir.

« Grâce à la reconstruction de mon sein, j’ai pu retrouver confiance en moi »

Les patientes qui ont eu une mastectomie semblent moins s’inquiéter d’une éventuelle récidive du cancer. Cependant, certaines acceptent difficilement la perte de leur sein.

« J’ai beaucoup de mal à accepter la mastectomie, même si je sais que c’est le prix de la guérison »

Mise à jour : 25/06/08

LE CURAGE AXILLAIRE, POURQUOI, COMMENT

Les cancers infiltrants* risquent de se propager vers les ganglions lymphatiques*. Les ganglions qui peuvent être atteints par le cancer du sein sont principalement ceux qui se trouvent sous le bras au niveau de l’aisselle. On les appelle les ganglions axillaires*.
Le risque de trouver des cellules cancéreuses dans les ganglions axillaires dépend de la taille de la tumeur dans le sein. Plus la tumeur est grosse, plus il y a de risques que les cellules se soient propagées vers les ganglions.
Afin de savoir si des ganglions axillaires sont atteints par le cancer, le chirurgien en enlève certains. Ce curage axillaire est réalisé au cours de l’opération du sein. Il s’agit d’une courte incision limitée à l’aisselle qui permet de prélever des ganglions afin de les analyser.
Certaines équipes chirurgicales mettent en place un drain* dans l’aisselle, à la fin de l’intervention, qui permet d’évacuer du sang ou des sécrétions et d’éviter une infection.
Le curage axillaire présente l’avantage de détecter la présence de cellules cancéreuses, mais il entraîne parfois un lymphœdème.

LE GANGLION SENTINELLE

Les ganglions axillaires les plus proches de la tumeur sont les premiers ganglions à être envahis par les cellules cancéreuses lorsque le cancer du sein a atteint les ganglions axillaires. Ces ganglions ont été dénommés ganglions sentinelles. Pour les tumeurs de petite taille qui présentent un risque faible d’extension vers les ganglions,
il est parfois possible de prélever uniquement ces ganglions sentinelles. On parle alors de technique du ganglion sentinelle.
On injecte un produit au voisinage de la tumeur ou près de l’aréole du sein. Ce produit est collecté par le système lymphatique* pour se concentrer au niveau des premiers ganglions axillaires. Une scintigraphie permet de bien les repérer; le prélèvement est ainsi facilité.
Deux produits sont le plus souvent utilisés en France : un colorant appelé bleu patenté ou un produit radioactif injecté quelques heures avant l’opération. Ce produit radioactif est sans danger pour la patiente.
L’avantage de la technique du ganglion sentinelle est d’éviter les conséquences gênantes d’un curage axillaire. En effet, lorsque les ganglions prélevés et analysés ne sont pas envahis par les cellules cancéreuses, il est inutile de réaliser un curage axillaire. Cette technique permet d’éviter le curage axillaire chez la moitié des patientes dont la tumeur est inférieure à 3 centimètres et chez trois quarts des patientes dont la tumeur mesure moins de 1 centimètre.
La technique du ganglion sentinelle consiste donc à enlever et examiner uniquement un à deux ganglions. Cette technique innovante n’est pas proposée par toutes les équipes médicales. Ses résultats sont régulièrement validés.

LES RÉSULTATS DE L'ANALYSE

On parle de ganglions positifs lorsqu’ils sont atteints par les cellules cancéreuses et de ganglions négatifs lorsqu’ils ne le sont pas.
S’il n’y a pas de ganglion sentinelle détecté ou si l’analyse des ganglions sentinelles prélevés révèle la présence de cellules cancéreuses, un curage axillaire est réalisé soit pendant la chirurgie du cancer du sein soit lors d’une seconde intervention.
Grâce à la technique du ganglion sentinelle, la chirurgie est ainsi adaptée à l’agressivité de la tumeur.
Si les ganglions sont atteints, le médecin propose un traitement supplémentaire (appelé traitement adjuvant) pour compléter la chirurgie : radiothérapie*, chimiothérapie*, anticorps monoclonaux ou hormonothérapie
Sources INCa Curage axillaire

Mise à jour le 8/11/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Association-Essentielles - dans CHIRURGIE
commenter cet article

commentaires

AGENDA DES CHEFS

OLIVIER CHAPUT

PARRAIN DU RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Agenda-des-chefs-2015.jpg

Pour le commander cliquez sur l'image

Rechercher

RUBAN DE L'ESPOIR 2014

Archives

A LIRE

 

ClicRECONSTRUIRE SA VIE

        9782876715523-reconstruire-apres-cancer g        

 

PAGES FACEBOOK

logo-collectif-k.jpg

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum

SITES

 

logo collectif k

 

crbst RUBAN 20ESPOIR 20LOGO pour forum